mercredi 21 mai 2008

Extrait approximatif de conversation avec Bell Sympatico

Moi [de bonne humeur] : Je vois que j’ai maintenant le service Totale Performance, alors qu’avant, j’avais Internet Intermédiaire. Ça ne me dérange pas du tout d’avoir une Totale Performance. Par contre, je ne veux pas payer plus cher. Surtout que je n’ai pas demandé ce service.
On me transfère. J’attends vingt minutes. Musique de mégasin. Même toune en loops.
Bell : On a retracé la conversation que vous avez eue il y a deux mois, et vous avez accepté ce nouveau service.
Moi : Impossible. Je n’aurais JAMAIS pris un nouveau contrat de 12 mois avec vous, j’attends impatiemment que mon contrat actuel se termine pour changer de fournisseur. À moins que vous ne m’offriez mieux.
Bell : Mais Madame, on vous offre une connexion plus rapide…
Moi [moins contente] : Quand je vous ai appelé, je voulais faire baisser le prix de ma facture. Pas l’augmenter. La vitesse, excusez-moi l’expression, mais j’en ai rien à foutre. Honnêtement, je n’ai même pas remarqué de différence… Je veux seulement payer moins!
Bell : On vous fait un rabais de 10$, on ne peut faire mieux.
Moi : Votre compétiteur, lui, m’offre mieux. Si vous me faites une offre qui sera réellement avantageuse, je reste avec vous.
Bell : …
Moi : Si j’ai accepté ce contrat, comme vous le dites, je peux au moins en avoir une preuve formelle?
Bell : Non.
Moi : !!!
Bell : …
Moi : Alors… Je fais quoi? Je peux au moins retourner à mon ancien service?
Bell : Si on change votre service à la baisse, il y a des frais de 100$ pour bris de contrat.
Moi : Et si je change de fournisseur, simplement?
Bell : Il y a des frais de 100$ pour bris de contrat.
Moi : … Je suis bien au département de la rétention des clients?
Bell : Oui.
Moi : Vous ne me donnez pas beaucoup d’arguments pour rester avec vous!
Bell : …
Moi : Vous perdez des clients chaque jour, et tout ce que vous m’offrez c’est de payer plus cher pour un service que je n’ai pas demandé, un service que je paierais deux fois moins cher chez un compétiteur. Vous ne pouvez pas faire d’accommodements?
Bell : Non.

Je vous épargne les détails…
J’ai entendu plein d’histoires d’horreur à propos de Bell. J’ai eu plusieurs mauvaises expériences avec eux, mais cette fois, je n’ai pas envie et surtout pas les moyens de payer 100$ pour un supposé contrat. Je veux juste les flusher depuis longtemps! Je ne sais plus quoi faire. Si je les quitte sans payer, ça fucke mon crédit partout, non? Ils vont me retracer, me menacer, me casser les jambes?...
Argh!! C’est trop enrageant et insultant de se faire crosser comme ça!

Note : Je suis toujours sympathique avec les gens qui s’occupent du service à la clientèle, et ce, avec n’importe quelle compagnie. Pour la toute première fois, mon calme imperturbable et mon extrême politesse ont un peu pris le bord. Je suis consciente que les employés font leur boulot et ne sont pas responsables des politiques. Je n’ai pas été grossière, mais j’étais hors de moi. J’ai donc dit que je rappellerais plus tard pour tout débrancher. Pas question de faire une vraie grosse crise de nerfs au téléphone…
*
La nuit dernière, j’ai rêvé que je devais tuer des gros rats à mains nues, mais j’en étais incapable.

13 commentaires:

Lorazepam a dit...

J'ai failli ajouter le libellé "totale frustration extrême", mais bon... j'ai assez de tags comme ça. :)

Patrick Dion a dit...

Bell est vraiment le champion des histoires d'horreur niveau service à la clientèle. Vidéotron me fait parfois chier mais je ne changerais pas mon fournisseur pour rien au monde! En fait, je n'ai aucun service avec Bell. Pas de téléphone, pas de cellulaire, pas d'Internet. Et ça va rester comme ça.

Doparano a dit...

Si j'étais toi je payerais et je les enverrais chier en trois copies avec mon dernier paiement. Mais je sais que le maudit 100$ ne pousse pas dans les arbres. En tout cas, pas en Mai et pas au Québec, on est pas zonés pour les arbres à cash.

Maudit climat!

rwatuny a dit...

Dans ton rêve, c'était pas de gros rats, c'était les castors de Bell.

Je les trouve tellement morbides.
Le pire, c'est que je ne sais pas pourquoi je les trouve si repoussants. L'instinct probablement.

rwatuny a dit...

Je peux me tromper, mais s'ils ne peuvent pas fournir de preuve, c'est toi qui a le gros bout du baton.

Prochaine fois que tu leur parle et que ça n'avance pas dans la direction que tu veux que ça aille, demande à parler à leur superviseurE.

En général, ça leur donne envie de t'aider un peu plus.

Lorazepam a dit...

Patrick : Bonne affaire! Tu connais quelqu’un qui bénéficie d’un bon service avec Bell? Ou, à la limite, quelqu’un connaît quelqu’un qui a un bon service avec Bell? J’ai presque toujours été servie par des employés très efficaces et polis. Je n’ai rien contre eux, c’est Bell en général que je déteste.

Do : Les arbres à cash, ouais... Tu veux dire que toutes les cennes que j'ai semées ne germeront jamais??
(J'aime bien le conseil plus radical que tu m'as donné en privé! :P)

rwatuny : C'est ce que je me dis, aussi. Un contrat virtuel, ça se paie avec de l'argent virtuel? Je vais rappeler en espérant tomber sur un employé plus dévoué à sa compagnie. Sinon, je demanderai à parler au superviseur. :D (Je suis une passionnée des castors. Surtout les bébés castors. Mais pas les castors morbides de Bell. Yark.)

Zhom a dit...

Il y a pire que la lenteur et la médiocrité (restons polis) de ces services téléphoniques : Toutes ces firmes et ces compagnies qui veulent nous offrir des forfaits, et qui insistent!
« Monsieur, nous vous proposons un forfait, êtes-vous intéressé? »

On peut répondre Non. Mais l’interlocuteur va insister :

« Notre forfait est incroyable. »

Je crois que, pour se débarrasser de l’importun (qui ne fait que son boulot), il faut lui demander :

« Un forfait? C’est quoi un forfait? »

S’il répond « Nous vous offrons ceci ou cela en prime », il faut en ajouter :

« Oui, mais c’est QUOI un forfait? »

L’humble prolétaire à la solde d’un immense conglomérat va redire :

« Notre compagnie vous propose ceci en plus de cela », à quoi il n’y a plus qu’à rajouter :

« Oui, ok, mais C’EST QUOI UN FORFAIT? »

Les rendre fous...

Patrick Dion a dit...

Dans la lignée du commentaire de Zhom, tu leur sers la recette de la maison des fous d'Astérix et tu les transfères 20 fois sur ta propre ligne, tu les mets sur hold, tu leur répètes une question différente lorsqu'ils te demandent pardon?. Ça devrait leur servir de leçon.

Rayne a dit...

Si y'ont pas de preuve, à mon avis tu peux faire qqch contre ça. Fait une PLAINTE!



*lance une plainte agonisante*




comme ça!:)

& a dit...

Il faudra les étrangler, les rats. Vous le savez tous.

rwatuny a dit...

Touche pas aux rats (les vrais) ce sont mes amis. Comme toutes les bestioles.

Les autres, ceux qui marchent sur deux pattes et en fait, parmi eux, les nuisibles, les avides, il faut juste les empêcher de nuire, pas les tuer.

Peut-être les mettre sur une île quelque part pour qu'ils s'entredéchirent.

Ne nous salissons pas les mains, ils n'en valent pas la peine. Et en plus ça fait des taches sur nos âmes. Pour plusieurs générations.

Lorazepam a dit...

Héhé, merci pour vos suggestions.
C'est vrai qu'ils essaient souvent de nous déstabiliser en nous faisant attendre 35 minutes à écouter les vieux succès des B.B. (supplice…), en nous donnant des réponses incohérentes, en nous transférant dans tous les départements. Je vais les appeler quand je vais me sentir assez top gun pour les endurer et leur tenir tête.

Dis donc, Rwatuny, tu as perdu ta longue chevelure? Bien d’accord pour les laisser les rats bipèdes s’autodétruire.

Rayne : J’ai presque lancé une de ces plaintes tantôt, quand j’ai manqué d’eau chaude sous la douche. Grr. Ça ne me met pas dans un état pour appeler Bell tout de suite, ça…

Anonyme a dit...

Les ptits criss de sales à marde.

Y se pensent plus haut que les autres, avec leurs histoire de bris de contrat a 250$ (MALADE).

Y catch pas que au bout de la ligne y se font pas un bon nom.

On voit bien que c l'argent qui compte plus que tout pour eux, et non la satisfaction de leur clients.

Quelle belle compagnie qui se soucie de la qualité donnée à ses clients.

J'aimerais vous faire le résumé de ma conversation avec 6 commis différents d'aujourdhui et des 4 réponses différentes que jai obtenues, 1 à la suite de l'autre mais jsuis trop primé.

JE LES AI DS LE CUL, ET JE LEUR CHIE TOUTE DS YEUL!!!!!!!!!!!!!