mercredi 17 août 2016

Avoir de la chance

Finalement, c’est pas une agence de recouvrement qui m’appelle deux fois par jour en masquant son numéro et qui me laisse des messages « importants ». C’est Desjardins! Fiou. En tout cas, je peux te garantir que cette situation n’avait pas pantoute échappé à mon attention, j’étais juste pas au courant du montant exact de mon retard de paiement de carte de crédit (24,00 $ très précisément).


Vous m’excuserez, Desjardins, mais j’ai des priorités. Acceptez mes salutations distinguées pis toute pis toute.


lundi 15 août 2016

En revenant du bureau de poste, j'ai trouvé 20 $ par terre. Je l'ai déposé dans mon coffre bien garni en respirant fort.

vendredi 12 août 2016

Les estie de graines

Mon médecin m’a dit qu’avoir un revenu stable ça vaudrait bien les 10 mg de citalopram qu’il me prescrit. Je lui ai demandé s’il pouvait me prescrire de l’argent. Il a dit non. J’ai pris le citalopram. Mon médecin m’a parlé de son projet. Il dit qu’il n’a pas besoin de travailler à temps plein, mais qu’il a un projet, et c’est ça qui le motive à travailler. Je sais pas c’est quoi son projet, mais il m’en a parlé.
Mon médecin m’a aussi dit qu’il m’admirait. Je me souviens pas des mots qu’il a employés, mais je pense qu’il voulait dire que j’allais beaucoup mieux qu’avant, que j’étais forte. 

Ce soir, je travaillais au lieu d’aller voir la projection du film de Magenta. Ça fait trois fois que je le rate. Je suis sortie m’acheter de la bouffe, je me suis payé une pause de luxe. J’aime vraiment les soirs de canicules, je pourrais marcher dehors durant des heures, ou faire du vélo dans les rues presque désertes. Mais il était pas si tard, il y avait encore des humains en activité dehors. J’ai traversé une rue pas déserte, devant un truck qui attendait à un feu rouge. Les trois truckers écoutaient de la musique de club en dansant, et ils m’ont abondamment catcallée. J’ai traversé la rue tranquillement, en les fixant avec un air de mépris blasé. J’ai pas compris tout ce qu’ils disaient — tsé, pourquoi vous parlez tous en même temps? C’est sûrement pas pour vous faire comprendre, hein —, mais j’ai entendu « pas rasée » avant qu’ils ne s’éloignent. Man. Si t’es capable, dans la pénombre, pendant que je marche, de voir que je me suis pas rasé les jambes depuis des semaines, je suis un peu jalouse de ta vision de hibou. Je pense pas qu’il parlait de mes jambes. Je suis pas jalouse de toi une estie de seconde. Grosse vidange. 

J e me suis acheté de quoi Aux Vivres, mais pas de la bouffe de graines, puis j’ai décidé d’arrêter à picerie pour trouver de quoi à boire (j’haïs ça l’estie de kombucha). En stationnant mon Bixi, un jeune gentleman m’a offert de me violer. 

« T’es sûre? »

Je suis sûre, oui. Vous êtes pas drôles, les dudes. Je connais personne qui les trouve drôles, vos jokes de viol pis vos photos de graines (OK, oui, des fois on rit de vos graines, mais c’est quand même pas drôle). Pis je le sais que vous me cruisez pas. Mais je suis forte, tsé. Pis je prends mes médicaments. Mais un manné, vous allez voir, nous les féminazis, on va tous vous transformer en petits lapins. Comme ça, vous serez inoffensifs et enfin aimés. Vous allez pas nous agresser, et on va vous cajoler. C’est ça qui va arriver. 


En attendant, je pope mon citalopram avec mon jus d’orange Irrésistibles extra pulpe pis je continue de m’endetter. Mes chats m’encouragent. C’est ça qui se passe.

vendredi 24 juin 2016

lolcats


Je veux pas te décevoir, là, mais parmi les personnes qui me font le plus rire, mes chats arrivent pas mal en tête de liste. Chaque jour, ils font des osseties de gnéseries hilarantes (à mes yeux), et ce qui est fascinant, c'est que je vais rire chaque fois, même si j'ai vu ça mille fois. Si tu me racontes la même joke trois fois, je vais pas rire (clin d'oeil à ma soeur pis ses jokes de viande), mais chaque fois que Whitney fait un ti casse de bain en grattant l’arbre à chat en accéléré, je ris; chaque fois que Démon patine sur le bois franc en faisant WRÂW-WRÂWR, je ris; chaque fois que Whitney poffe parce que son frère la surprend dans une séance de jeu, je ris; chaque fois que Janine arrive au trot en râlant pour me faire une offrande quelconque (souris jouet, balle, tostitos), je ris; chaque fois que Démon claque des dents, je ris; chaque grimace de fonne que fait Whitney quand je flatte son front me fait rire. Je suis un crisse de bon public pour mes chats. 

Whitney la chatte top modèle.

samedi 21 mai 2016


Hier, pendant que je pelletais la marde de Monroe, Démon s’est faufilé dans sa chambre pis il a mangé un de ses Pill Pocket, il a mangé celui qui contenait sa dose de gabapentine. Hier, j’étais la fille dans Trainspotting qui laisse mourir son bébé parce qu’elle est trop défoncée pour se rappeler qu’elle est mère. Ce soir, j’ai appris qu’une amie que j’aime bien mais que je fréquente plus vraiment vient de sortir de prison. Elle dit que cette fois, elle est motivée à stopper l’héro. Je me demande comment on se remet d’une vie qui nous crisse des claques sans répit. Ce soir, j’ai aussi mangé deux beignes et deux boules de crème glacée qui n’ont tué ni exploité aucun animal. Demain, il faut que j’achète du papier de toilette et des kleenex et je me demande combien d’arbres j’ai pu tuer depuis ma naissance uniquement à cause de mes sécrétions corporelles. Demain, je passe la soirée avec mon amoureux pis j’espère qu’on arrivera au bout de notre marathon mou The Fast and the Furious mais qu’on n’arrêtera jamais de regarder des flims gnéseux. Après demain, je passe la soirée avec mon amoureux pis j’espère qu’on va sauver des chats ensemble et qu’on arrêtera seulement quand tous les chats seront sauvés. 

vendredi 15 avril 2016

Ton nom en lettres d'or



Vickie,

(Ton nom en lettres d’or.)

Tu m’as montré tes boules souvent, je trouvais que c’était un peu unfair que t’aies jamais vu les miennes. J’avais décidé que je te les montrerais. Je montre jamais mes boules à personne, mais là je voulais le faire. Je regrette de pas avoir eu l’idée de te faire un flashboob à’ pital. Je sais que t’aurais ri. Je regrette aussi d’avoir recousu la bretelle fragile de mon top rouge à paillettes. Je sais que t’aurais trouvé ça drôle en crisse que je montre accidentellement mon boutte lors de tes funérailles. Je regrette aussi de pas avoir eu le temps de fabriquer la pelle à marde qui porte mon nom. En tout cas, sache que tu pourras toujours venir me voir les boules quand je suis tounue, mon fantôme d’amour. Anytime.

Mais tu vois, c’est pas des gros regrets. C’est touptit. Comme mes boules.

C’est surtout des remerciements que je veux te faire. Merci d’avoir entretenu ma petite mongole intérieure. De m’avoir rendu encore plus folle dans’ plotte. D’avoir mis une grosse dose de fantaisie dans ma vie. De m’avoir permis de vivre le privilège immense d’être près de toi jusqu’à la fin. D’avoir fait de moi une personne plus forte. Et merci pour ce que tu nous lègues. C’est grand et beau.

Les sparkles, les papillons, les flamants roses. C’est pas un emballage. C’est important.

Tu danses avec la mort sur le dancefloor, et c’est toi que tout le monde regarde.

Je t’aime tout le temps, Vickie.[1]



[1] Je sais que t’haïs l’italique, mais je cite mes propres mots que j’ai écrits dans ton livre d’or funéraire. Tu m’en veux pas, hein?



mardi 15 mars 2016

Je suis débrouillarde

Je me suis fait réveiller super tôt par une madame de chez Visa Desjardins qui m’appelait pour me dire que j’avais pas fait mon paiement minimal de 20 $. Elle m’a chicanée. :(

Visa : Vous allez le payer quand?
Moi : Aujourd’hui!
Visa : Quelle est la raison de ce retard?
Moi : (Parce que je suis pauvre pis je préfère manger que de virer de l’argent à Visa, épaisse?) Ah, y a pas de raison. J’étais pas à mon affaire, simplement.
Visa : D’accord, je note. Ça n’affectera pas votre crédit.
Moi : (Mon crédit, LOL!) Merci.

J’ai envoyé 20 $ à Visa. Puis je me suis fait une avance de fonds de 60 $. C’est d’même que ça marche.