jeudi 14 janvier 2021

Le temps d'une poffe

J’ai enfin accompli une tâche d’adulte : prendre une assurance habitation. Là tu vas me dire que c’est pas une tâche d’adulte, mais juste une affaire normale de personne responsable. Oui, c’est exactement ce que je veux dire par tâche d’adulte.

Ça a été long, parce que la première courtière avec qui j’ai parlé m’a jamais récrit pour m’envoyer les documents promis. Au départ, elle avait pas donné suite à mon message vocal — si c’est pas un geste d’adulte de ma part, ça! —, et sa secrétaire était bin outrée de ça. Je m’en formalise pas, ça peut arriver à tout le monde des choses comme ça. Mais no way que je vais continuer à courir après une courtière alors que j’ai même pas signé de contrat. Ça va être quoi après si je fais une réclamation, han? Han? 

 

En plus, quand je lui ai enfin parlé au téléphone, j’ai pas tripé. Je fais souvent mes appels en mode mains libres, alors Carl Ling a entendu le bout où la courtière a dit que quand elle voyait des gens pas assurés lancer des GoFundMe après s’être retrouvés à la rue à cause d’un sinistre, bin qu’elle donnait pas à sous. Elle a dit ça en riant la câlisse. Carl Ling pis moi on a fait des gros yeux en entendant ça. 0_0   0_0

 

Au moins, le courtier à qui j’ai parlé ce soir avait l’air plus smat. Je connais pas grand-chose aux assurances, aussi ai-je appris aujourd’hui qu’avoir des fumeurs à la maison ça peut faire monter le cout de l’assurance. Il m’a donc demandé si moi ou d’autres occupants fumions dans mon logement. J’ai dit que j’étais pas fumeuse, mais j’ai demandé si fumer du cannabis ça comptait. Il a dit que oui.

 

— Est-ce que vous en avez fumé dans la dernière année?

— Euh… Dans la dernière heure?

— Hé hé hé.

— HÉ HÉ.

 

Ouais, j’ai commencé à fumer de la drogue cette semaine. Comme ma dépression et mon anxiété s’aggravent et que j’ai accès à aucun soin à part l’urgence — que je vais éviter autant que possible —, je prends les choses en main et je tente l’automédication. Chu pas encore devenue une stoner.

 

J’étais un peu découragée de constater que la SQDC livre le pot au bureau de poste, parce que j’ai encore plus peur d’aller au bureau de poste qu’à la SQDC, mais Boubeur m’a appris que si tu choisis l’option express, c’est livré le jour même à ton domicile dans un petit sac de papier brun moyennant des frais de 10 $. Je sais pas combien ça coute se faire livrer ses pénules par Jean Coutu, mais j’estimais que la situation exigeait une telle dépense et j’ai commandé les deux seules sortes de pot préroulé à haute teneur en CBD. Ris pas de moi. J’ai rien ici pour fumer, et je veux pas m’équiper avant de savoir si ça m’aide réellement. 

 

Puisque j’avais commandé en pleine nuit, j’allais recevoir ma livraison le lendemain entre 15 et 19 heures, comme c’est indiqué sur le site. L’affaire, c’est que ça m’arrive d’être encore en train de dormir à 15 heures, et je trouve toujours ça stressant de me faire réveiller par l’estie de sonnette (toutes mes livraisons me réveillent brutalement et j’oublie mes rêves). Ça fait que j’ai passé toute la matinée à me réveiller pour regarder l’heure et watcher l’état de ma commande en ligne. Je regardais la map qui pointait ma maison et je cherchais l’icône de petit camion jaune qui s’en vient chez moi. C’était pourtant sûr que mon pot partirait pas avant 13 heures. J’étais tellement en état d’alerte que j’ai rêvé que je ratais la livraison et que je devais parcourir la ville, je refaisais le trajet du petit camion jaune en sens inverse et je traversais la rivière de Lorimier (?) pour aller chercher mon pot dans une immense bibliothèque et j’arrivais pas à me rappeler si j’avais déjà payé et si je devais donner du tip au livreur. Ouf. Je vous ai-tu parlé de mon anxiété?

 

La veille, j’ai sorti ma carte de RAMQ, ma seule pièce d’identité avec photo, et j’ai pensé que je devrais peut-être me maquiller avant que le livreur n’arrive, non pas par coquetterie, mais pour éviter de devoir argumenter que oui c’est vraiment moi sur la photo, mais c’est moi avec ma face prédépression. Mais à l’heure où je me suis levée, oublie ça, je me suis pas maquillée, je suis même restée en pyjama. Anyway, le livreur a à peine checké ma carte. 

 

Ça me stresse toujours d’essayer des nouveaux médicaments ou drogues, alors je commence biiiin smooth : une poffe par jour, mais une plus grosse poffe chaque jour. Juste pour voir. 

 

Là, je sais pas si c’est juste un hasard, mais hier après avoir pris une poffe de la variété de pot qui « pourrait stimuler certaines fonctions cérébrales », j’ai réussi à refaire mes impôts des deux dernières années pif paf pouf sans m’arrêter ou presque. OK, je me dois de préciser que j’ai pas fait ça « pour le fonne », là, disons que je connais d’autres façons de passer le temps ou de tester mes fonctions cérébrales. C’est juste que j’ai des problèmes à régler et la fiscalité est une source d’anxiété chez moi, et là j’ai juste pas le choix de gérer cette chose et je me suis dit que c’était l’occasion de tester les pouvoirs du CBD.

 

Aujourd’hui, j’ai pris ma grosse poffe après mon appel chez Revenu Québec, et juste avant de reprendre mes recherches d’assurances où je les avais laissées. Passé 16 heures, les bureaux avaient l’air pas mal tous fermés. J’ai décidé de les appeler par ordre alphabétique : le premier qui me répond gagne. Ça adonne bien, je suis tombée sur la police d’assurance la moins chère de toutes. Wow, on dirait que tout le monde gagne aujourd’hui? Merci, cannabidiol!

lundi 4 janvier 2021

Les éléphantes les plus tristes du monde

Hier je suis allée me promener au parc La Fontaine avec Doune et il m’a appris qu’il y a déjà eu un zoo là, à côté de chez moi, un genre de mini parc d’attraction sous le thème des contes pour enfants. Ça s’appelait le Jardin des merveilles. Plusieurs dizaines d’animaux ont vécu là, et quelques éléphantes s’y sont succédé pour tenir le rôle de Babar, dont la célèbre Toutoune (1977-2012), qui a fini ses jours au Zoo de Granby. C’est ce dernier détail qui a surtout retenu mon attention. WTF des éléphants au parc La Fontaine. Doune a dit « je peux-tu t’appeler Toutoune? », et j’ai dit oui. Boubeur m’appelle déjà truie, vache, baleine, couche-culotte, sacoche, etc., y’a de la place pour Toutoune.

 

Sur le site d’Archives de Montréal, une certaine Thérèse a commenté ceci à propos de cette Toutoune : 

 

Le « rôle » de Babar a été joué successivement au Jardin des merveilles par plusieurs jeunes éléphantes qui se retrouvaient dans des zoos quand elles devenaient plus grandes. L’une des plus célèbres a en effet été renommée Toutoune à son arrivée au Zoo de Granby après la fin de sa carrière de Babar au Jardin des merveilles (1979-1985). Son surnom lui a été donné par son gardien qui l’avait trouvée un peu grassouillette! Elle était adorée du public tant de Montréal que de Granby. Elle était née au Zimbabwe en 1977 et est décédée au Zoo de Granby en 2012.



L’une des éléphantes « Babar » au Jardin des merveilles, en 1965.



Depuis, j’ai pas arrêté de pleurer, mais pas juste à cause de Toutoune. J’ai surtout pleuré pour d’autres raisons, mais j’ai aussi pensé à Toutoune qui a eu une vie beaucoup plus misérable que la mienne, et je me sentais mal de pleurer pour mes petites misères de vie de marde. Mais je veux pas me comparer. Et je sais que je dois me débarrasser du sentiment que mes problèmes valent pas la peine d’être traités parce que plein d’autres personnes souffrent plus que moi. Mais quand j’ai de la peine pour ce qui m’arrive, mon empathie s’exacerbe. Des fois c’est badtripant, c’est lourd en estie.

 

Toutoune est née en 1977 au Zimbabwe (1979 selon d’autres sources), et a été capturée en 1981. À l’âge de quatre ans, les éléphants sont des bébés. Ils dépendent de leur mère et de leur famille. À l’état sauvage, les éléphants ont une espérance de vie d’environ 70 ans; à titre de comparaison, les humains ont une longévité moyenne mondiale de 71 ans. Toutoune est morte à 35 ans. Je sais pas quand je vais mourir, mais je trouverais ça poche que ça m’arrive avant mes 40 ans, même si la vie me tente pas full ces temps-ci.

 

Les éléphants des savanes (Loxodonta africana) comme Toutoune vivent dans des clans tissés serrés : des femelles adultes apparentées vivent ensemble avec des bébés et des ados, et c’est la matriarche qui mène le groupe. Lorsque les adolescents mâles atteignent la puberté, vers l’âge de 15 ans, ils deviennent graduellement plus indépendants, puis quittent la famille pour s’allier à d’autres bros et former des boy bands. La composition de tous les clans peut changer au fil du temps, selon les ressources, les liens, les décès, etc. Plusieurs clans peuvent former des liens entre eux. Il se passe beaucoup de choses dans la vie des éléphants.

 

Les éléphants ont une vie sociale très complexe, on sait qu’ils font du babystting, qu’ils pleurent leurs morts et qu’ils ont une excellente mémoire — assurément meilleure que la mienne. Les éléphants captifs qui ont la chance de cohabiter avec leurs congénères, comme ce fut le cas pour Toutoune à son arrivée au Zoo de Granby en 1985, n’ont toutefois pas l’option de choisir leurs amis. Même en bénéficiant des meilleurs soins possibles, on peut les qualifier de détenus à perpétuité. Certains ont une vie meilleure que d’autres.

 

Je n’ai jamais visité Toutoune, je ne la connais pas. J’ai de la peine pour Toutoune, mais aussi pour ce qu’elle symbolise. Un bébé capturé à l’état sauvage pour devenir une attraction, un divertissement. Privé des soins de sa mère, ses tantes, ses sœurs et ses cousines. Quelqu’un qui n’a pas eu la chance d’avoir une vie riche, digne, stimulante, libre; tout ça pour un caprice anthropocentriste.


Flavia, l’éléphante la plus triste du monde


 

Toutoune a manifestement eu plus de chance que Flavia, surnommée l’éléphante la plus triste du monde, morte dans un zoo minable d’Espagne après 43 ans de confinement solitaire total. Quarante-trois ans, crisse. Pis on parle pas de confinement partiel et temporaire. On parle de prison à vie pour des personnes qui n’ont commis aucun crime. Pis partez-moi pas sur les exécutions d’éléphants, parce que c’est pas juste de tristesse que je vais pleurer mais de rage. J’ai vu des images que je pourrai jamais oublier — même si j’ai une mémoire pourrie.


Tyke a eu une vie tragique jusqu’à sa morte ultraviolente. Voir le documentaire Tyke Elephant Outlaw (2015).


Un autre éléphant d’Asie a porté la même épithète que Flavia, mais il a connu une fin moins tragique. « The loneliest and saddest elephant in the world », Kavaan, avait été offert à un dictateur pakistanais à l’âge d’un an, pour ensuite passer sa vie dans un zoo miteux, où il a été enchainé et battu. Par chance, les efforts des activistes ont porté fruit : Kavaan a été déplacé dans un sanctuaire au Cambodge en novembre dernier, où il pourra tisser des liens avec d’autres éléphants (et Cher?) et vivre une vie plus stimulante. Je pense que je vais prendre des nouvelles de Kavaan régulièrement.


Le déplacement de Kaavan, opération compliquée, dangereuse et couteuse incluant sept heures de vol.


 

Mine de rien, j’ai beau avoir passé la journée au lit, écrire tout ça m’a permis de prendre des petits breaks de pleurage sur ma petite condition humaine. C’est mon coach de dépression qui m’avait conseillé d’écrire (mais pas sur les éléphants, là). Au début ça me tentait pas, mais je l’ai fait pareil et je mets ça en ligne même s’il y a peut-être des inexactitudes (et je m’en excuse). Merci Boubeur, bonne nuit les ami·es.



Toutoune au Zoo de Granby.


 

dimanche 20 décembre 2020

Es-tu plus Betty ou Veronica?


Les résultats de mon sondage Instagram sont plus serrés prévu!

 

Quand on est était jeunes, ma cousine Janie pis moi on lisait souvent des Archie. Son chien s’appelait Archie, juste pour vous dire. Une fois, sa sœur ainée nous a demandé qui on préférait entre Betty et Véronica. J’ai tout de suite répondu « Véronica! », parce que je la trouvais plus belle, avec ses cheveux noirs détachés et ses looks plus audacieux, tandis que Betty, bien qu’elle avait exactement la même face et le même corps, gardait ses cheveux attachés et un look plutôt casual/sportif. Je savais pas qu’il n’y avait qu’une bonne réponse. Ma cousine m’a répondu avec dédain : « Han! Véronica est snob! » 



 



C’est vrai que si on compare les deux amies/rivales, Véronica c’est vraiment la mauvaise personne : méprisante, égocentrique, intéressée, manipulatrice, née archie-riche (hé hé). Betty, elle, c’est la bonne chrétienne : dévouée, généreuse, toujours gentille, première de classe, modeste. Oh, ça lui arrive d’être jalouse, mais elle pardonne toujours. Mangeons une bonne crème glacée et oublions nos problèmes, pour paraphraser Malibu Stacy, qui serait peut-être le mix ultime des mauvais côtés de Betty et Véronica rassemblés.





Si ma cousine me reposait la même question aujourd’hui, je lui répondrais surement que j’ai pas de préférence, que je les aime pas toutes les deux, mais j’aurais pas le choix d’admettre que je suis plutôt devenue Betty avec le temps (quoi que même si je le voudrais, j’aurais même pas les moyens d’être Véronica). Betty généreuse, soucieuse du bien d’autrui. Petite conne qui fait toujours passer les besoins des autres avant les siens, bonasse qui pardonne. Betty le plan B d’Archie. T’es rendue vieille, t’as 94 ans, tu réalises que t’as raté ta vie. Ton projet de vie, c’était de séduire Archie. Bravo.

 


 


On ne m’a pas demandé de choisir entre Jughead et Archie, parce que j’étais censée m’identifier à un personnage féminin, mais si j’avais eu à choisir entre tous les personnages, j’aurais dit que mon préféré, c’était Jughead. Il semblait à l’épreuve des normes sociales, pis ses hamburgers avaient toujours l’air bons même si je capotais pas tant sur les hamburgers pour vrai. Je comprenais pas pourquoi il avait toujours les yeux fermés, mais ça lui donnait un air détaché de toute, très chill, moi j’aurais vraiment aimé ça pouvoir être 50 % chill comme Jughead, et une fois il a ouvert les yeux et j’ai eu un kick sur lui. Ouf, avoir un kick sur un p’tit bonhomme. Pas fière de moi.



 


Aujourd’hui j’essaie d’être moins Betty, mais c’est pas pour tendre vers un autre personnage. Anyway j’ai pu de personnage préféré. J’ai retrouvé pas mal de revues Archie en déménageant, je les ai mises dans la même pile que mes revues porno. C’est dans la salle de bain, tu peux venir les lire si tu fais caca chez moi. C’est pas pour demain.

samedi 19 décembre 2020

Les petits pliaisirs de l’existence, une semaine à la fois

 Je vais écrire un livre de croissance personnelle, ça va s’appeler Les petits pliaisirs de l’existence, une semaine à la fois (je sais, y’a une faute — je me comprends), j’ai déjà commencé à noter des idées!

 

En sortant de la douche, j’ai enfilé des vêtements chauffés par la sécheuse; c’était bon et je me suis sentie RICHE parce que j’ai une sécheuse et de l’électricité.

 

Élise est passée me prêter des bottes. Sont un peu grandes, mais elles sont 1000 % hydrofuges et elles ont du style. On a jasé au moins 10 minutes! (Là je parle d’Élise, pas des bottes. Ma précision n’est pas si niaiseuse que ça quand tu sais que je suis confinée et isolée avec mes chats depuis plusieurs semaines.)

 

J’ai reçu une carte postale des fêtes de Vincent-Simon qui pose avec sa famille : son chum, leur chatte, sa belle-mère. Ça m’a fait sourire, et je l’ai placée à côté de celle de l’an passé sur le frigo.

 

J’ai réussi à déloger le point noir que je cultivais depuis des mois. Je le voyais chaque fois que je me regardais dans le miroir, allo bon matin bonne nuit fais attention. Bye, orviens pas! 

 

Hier j’ai regardé des photos de tatouages de portraits de bébés ratés. Ça m’a beaucoup fait rire, ces choses-là sont inoffensives, gratuites et me font du bien et j’aime ça.

 

En gros, l’idée c’est de noter les bonnes choses que tu vis, sans jamais les modérer par une affaire plate qui vient avec, et sans lister les mauvaises choses qui t’arrivent. Le défi c’est d’essayer de pas devenir sarcastique. Moi je trouve ça bin dur, mais j’essaie de m’améliorer. Aussi, je tiens à dire que les exemples que je vous donne sont tous autobiographiques.

 

Bonne nuit!

 

 

dimanche 13 décembre 2020

Vampire?

 En m’assoyant au pied de mon lit, j’ai mis ma main sur la couette et j’ai senti une texture croutée. Comme je savais déjà que ça pouvait pas être du sperme séché, j’ai sursauté et regardé ce que ça pouvait bien être : des restes de scutigère broyée. Ça m’a fait de la peine. J’ai pensé à Vampire, peut-être que c’était elle. Et si c’était pas Vampire, c’était alors une autre scutigère et c’est tout aussi triste. 

 

Je ne sais pas laquelle de mes deux mangoustes est responsable de cette mort, mais je sais que les deux sont capables d’une telle chose. (C’est mon ami le Beau Daniel qui les a appelés de même quand je lui ai raconté le drame. Je trouve que ça leur va bien.)

 

Eh bien j’ai encore trouvé un cadavre de scuti tantôt. Près de la litière cette fois, un torse avec quelques pattes. Est-ce un torse? Un abdomen? Je vais vérifier comment on appelle le corps des chilopodes. Wiki dit body, en français corps, tronc, je sais pas s’il y a un terme spécifique, je suis trop fatiguée en ce moment pour faire mes propres recherches — hé hé, c’est devenu difficile de dire cette phrase sans se trouver cave, han?

 

En tout cas, je me fâcherai pas après mes chats non plus. Je les chicanerai pas. Quand j’en ai l’occasion, par contre, je cache les scutis pour leur éviter le démembrement et la mort.

 

Je vous parle de mes relations interpersonnelles, je sais pas si ça parait. Ce matin, justement, j’ai eu des interactions avec des personnes humaines! Je me suis levée bien avant mon heure pour Myriette qui passait chercher l’escabeau qu’elle m’a prêté il y a trois mois, et elle m’a donné une couette et une housse. King size, alors je vais vraiment devoir choisir un matelas queen quand ce sera le temps sinon la couette sera beaucoup trop grande. On a pu jaser dehors trois minutes, c’était bref mais j’étais contente de revoir mon amie. Plus tard, Emmanuelle est passée me porter les speakers qui trainaient chez elle depuis mai, quand elle m’avait aidée à déménager pour la première fois. C’est vraiment smat de sa part pour ces trois choses-là. Je trouve ça bizarre de croiser des gens de façon casual alors que c’est évènementiel-démentiel dans ma tête. Regardez, j’en parle su mon blogue! J’AI VU DES AMIES. 

 

Suivant les recommandations d’Élise, j’ai commencé la série française Dix pour cent. Je comprends pas toutes les jokes parce que je connais pas bien le cinéma et les vedettes français, mais c’est pas grave. Je regarde ça quand je suis pu capable de bouger ou de penser. Tantôt, vers 21 h, je me suis endormie sur le divan en regardant ça, ensevelie sous des couvertes, des chats et un coussin chauffant. C’était en quelque sorte ma sieste d’après-midi, j’imagine. 

 

OK, je repars la série pis je dors, chu finie. Bonne nuit!

 

samedi 12 décembre 2020

Acheter de la lumière

Mon programme pour aller mieux et prendre soin de moi est meilleur que jamais. Je mange bien, je m’entraine un jour sur deux, je prends des vitamines et de l’oméga-3, je me fais des petits objectifs à très court terme, et je me suis même commandé une lampe de luminothérapie, ainsi que deux packs d’ampoules parce que ça commençait à devenir sombre ici.

 

Mais ça va pas souvent bien. Je dors mal, et très tard, slors je vois pu la lumière du jour. Je deviens rapidement fatiguée, mon humeur varie mais pas souvent pour le mieux, j’ai des pensées intrusives, etc. Ça va pas ultra mal non plus, après tout, c’est un état normal de dépression et de confinement de pandémie. Pour le moment, ça se gère.

 

J’en ai parlé avec Boubeur, mon coach de dépression. Il me recommande entre autres d’écouter une sitcom en soirée. C’est vrai que je suis pas obligée de lire si ça me demande trop de concentration. Surtout que j’ai recommencé à avoir des contrats, et ça me demande beaucoup d’énergie mentale — ma job c’est de lire, quand même. Mais j’ai pu de sitcom en ce moment, la plupart me font chier en fait, ça fait que j’ai continué de regarder The Haunting of the Hill House, tout de suite après avoir fini The Haunting of Bly Manor. J’ai trouvé Hill House plus intéressant, jusqu’à l’épisode 7 ou 8 je pense, après ça c’est vraiment parti en couilles. Déception.


 

Les fantômes sont jamais épeurants longtemps, surtout ceux avec une vibe Beetlejuice.

 

Mon Boubeur me recommande aussi de faire des marches. C’est vrai que ça me fait du bien. Sauf que là, il commence à faire trop froid pour les bottes à caps ou les bottes de pluie, et les feutres de mes bottes de skidoo sont troués aux talons et ça me fait saigner des pieds. C’était pourtant mes meilleures bottes d’hiver. Je me suis trouvé très wise de commander des nouveaux feutres (juste 20 $ pis c’est comme avoir des bottes neuves!), mais j’ai dû les retourner parce qu’ils étaient trop grands, ça a été une longue saga plate, pis là les feutres sont en rupture de stock partout jusqu’à l’année prochaine parce que les bottes d’hiver faut acheter ça en aout ça a l’air. Je vais voir si je peux réparer mes vieux feutres, mais là je suis trop fru pour chercher le fil de ma machine à coudre et normalement je sors marcher quand je suis fru.

 

Sinon, j’ai réussi à utiliser mon anxiété pour repeindre la salle de bain, poser des tablettes et faire du ménage. Tant que je tombe pas dans une spirale d’anxiété paralysante, ça va pas trop mal.

 

Okay, j’essaie de me trouver une sitcom de marde prédodo. Demain matin, je ferai ma deuxième séance de luminouthérapie. J’ai déjà hâte! Bonne nuit!

vendredi 4 décembre 2020

Les pizzettes échecs

 J’ai essayé de faire des pizzettes, mais oupelaï. Veux-tu la recette pareil? 


– de la sauce tomate

– des ti pains à hambégueurs

– du fromage végane Daiya ou autre shit à gratiner 


Tu mets un peu de sauce sur un demi-pain. Un peu de fromage. Et hop, tu fais cuire dans le petit four à 350 pendant 1 à 5 minutes (je sais pu, j’ai pas compté, je niaisais sur Facebook en checkant de temps en temps pour pas que ça brule). Attention, c’est chaud, hi hi!


Je voulais pas gaspiller mon restant de sauce tomate basilic, et je venais de m’acheter un format familial de petits pains No Name — que j’aime bien manger toastés, avec un mix de beurre de pin, chocolat et confiture — et du fromage râpé Daiya. Ce fromage-là est loin de faire l’unanimité, mais il fait la job quand tu veux gratiner de quoi. J’ai pas gaspillé de manger, mais c’était pas une réussite. 


Je dirais même que c’est un déshonneur d’appeler ça une pizzette. :( Je m’excuse.