mercredi 14 mai 2008

La Guerre aux fourmis

Il semble qu’il y ait une invasion de fourmis charpentières dans l’immeuble. Mes voisins font des carnages chaque jour. Je pensais être épargnée par le fléau, mais depuis quatre jours j’en ai tué treize. Je note mes meurtres pour évaluer la gravité de l’infestation. Je déteste écrapoutre des insectes, habituellement je les lance dehors ou je les laisse à manger aux araignées. Mais cette fois, je crains qu’elles ne mettent leurs sales pattes enduites d’insecticide sur mes denrées alimentaires mal fermées (un sac de biscuits Oreo, par exemple) ou pire, qu’elles ne fondent une colonie dans mon corps durant mon sommeil. Jamais je ne voudrais me retrouver avec une reine fourmi qui pondrait des centaines d’œufs dans mes oreilles. Je trouve que c’est une façon pas drôle de mourir.
À partir de combien de fourmis écrapou peut-on considérer qu’il y a une infestation? Je mets un tableau en marge, pour observer l’évolution de la guerre aux fourmis…

3 commentaires:

Lorazepam a dit...

16 1/2 (une grosse).

Malartine a dit...

Attention parce que les fourmis pourraient attirer des centipèdes, la bibitte la plus dégueulasse qui soit, et ta vie se transformer en un roman de Burroughs.

Lorazepam a dit...

Mais j'AIME les centipèdes! Dans les jeux vidéo comme dans la vraie vie (pas que je ne considère pas les jeux vidéo comme la fausse vie, mais bon, on se comprend?).
Ça me fait pas peur.
Les bibites les plus dégueulasses, ce sont les criquets et les sauterelles. Et je les aime quand même. *Lorazepam est une source d'amour inconditionnel.

(Je vous remercie encore une fois pour vos sages conseils, Dr Malart. Ne vous gênez pas!)