dimanche 4 novembre 2012

La punaise de lit pourrait se trouver entre tes mains


Ce soir je suis vraiment tutessitée de contente, je danse sur mon futon et Po se frotte la face en ronronnant à mes côtés, le parté est pogné ici et dans mes internets avec Darnziak-Scotchziak parce qu’on célèbre la sortie de notre tout premier fanzine! Ouémadame!




Il est juste ici, dans ma boutique Etsy (d'câlisse [scuse]). Et pour rajouter du fonne, je te propose une ÉDITION DELUXE : Darnziak et moi, on te dédicace ta copie, et je t’envoie trois beaux macarons que j’ai fabriqués sous la supervision de Po.


Po est se sent concernée par la qualité des macarons.

Dans un élan de joie — parce que je suis pleine de bonheur de c’est ma fête, c’est notre fête à Darnzizi pis moi, notre fêtre de zizine — j’ai eu l’idée de faire un concours super capoté. Les détails se trouvent sur Terreur! Terreur!, mais en gros, tu m’écris une histoire de beubittes et tu cours la chance de gagner La punaise de lit (Cimex lectularius) ÉDITION DELUXE et la publication de ton texte sur TT. Et tu gagnes automatiquement ma reconnaissance et des aon de wow je suis contente.

Ce fut plus long et ardu que je ne l’aurais cru, mais ça valait la peine d’investir temps et effort. Et je suis une fille chanceuse, moi. J’ai été aidée par des gens talentueux! Iris, qui a une grande expérience dans la confection de fanzines, m’a donné tout plein de conseils. Mélanie Baillairgé a eu la patience de m’enseigner les rudiments de InDesign — j’avais juste feuilleté un livre pour les nuls, et j’étais effectivement resté nulle. Et Mathieu a travaillé fort pour m’aider à comprendre ce qui ne marchait pas au début. Pourquoi la punaise s’étend comme une beurrée de caca mou? Il a demandé aux internets, puis j’ai ajusté ma méthode. J’ai même fait des recettes d’encres. La grosse affaire. J’ai même poffé de la colle en spray. Ça, c’est le boutte pas l’fonne. Mais Mathieu, surtout, il a été très encourageant et patient. Il n’a jamais pogné les nerfs pour toutes les fois où je sautillais en parlant de mon fanzine mon fanzine mon fanzine tsé mon fanzine. À la fin, quand il l’a pris dans ses bras, il a dit que c’était le plus beau premier fanzine qu’il avait vu. Puis on a pleuré et on s’est serré longuement dans les bras l’un de l’autre tandis qu’à la fenêtre on pouvait voir les feuilles voler au vent.


Un serpentin de fuckolat mou.

La vie est une beurrée de marde (mais pas tout le temps).

J'ai foutu le bordel chez Mathieu. Il m'aime encore. :D

En tout cas, tout ça me donne juste envie d'en faire un deuxième.

3 commentaires:

Luc Chicoine a dit...

Hein! C'est ben beau! Et c'est fait à la main?!? *smiley-de-bonhomme-la bouche-ouverte-avec-une-oeil-plus-grand-que l'autre-comme-ma-face-en ce-moment*

Lora Zepam a dit...

T'as bin une belle face, Luc Chicoine!

J'ai fait imprimer les pages intérieures chez l'imprimeur, et j'ai fait la couverture AVEC MES MAINS. Pis en plus je travaille en BOBETTES (mais pas tout le temps, l'autre jour il a fait exceptionnellement froid chez Mathieu).

Rayne a dit...

AON! =DD