jeudi 1 novembre 2012

Encore des nouvelles de Ron Jeremy


Hier soir, j’ai décidé de faire un abri pour Ron Jeremy. J’ai renversé une grande boîte sur le côté, pis j’ai mis une couverture dedans. C’est cheap, mais je fais ce que je peux. J’ai mis un bol d’eau et un bol de bon manger (deluxe) juste à côté. Le tout disposé dans ma ruelle, à côté de ma porte. Restait juste à voir s’il accepterait d’entrer dans une cage de transport. Mathieu et moi on s’est donc rendus à l’église, à son spot habituel. Pas là. Je l’appelle, pas de trace de Ron. C’est la première fois qu’il est absent quand je vais le voir, alors c'est un petit peu inquiétant. J'espère qu'il n'a pas été kidnappé par des méchants enfants de la Louigne. On décide de faire le tour du terrain de l’église. On trouve pas le chat, mais trouve un monsieur couché par terre.

— Veux-tu t’occuper de lui aussi?
— Huuuuh… Ça me met un peu mal à l’aise… Penses-tu que c’est un message de Dieu? Qui essaie de me dire « Heille fille, tu passes assez de temps à t’intéresser aux chats, oublie pas les humains! »? Mais là, Dieu, wo menute. Je vais le faire dormir dans une boîte en carton, le monsieur SDF?

Malaise.

Et déception. On a fait le tour, on n’a pas vu le matou. Puis, soudainement (tsé comme dans un retournement), j’entends tinter sa petite clochette! Aon, c’est lui, regarde! On va le voir, Mathieu! Je me félicite intérieurement de lui avoir mis un collier avec une médaille.

C’est à ce moment-là que la bagarre éclate entre mon beau chat brun pis un autre chat brun que je connais pas. Une vraie bataille de matous furieux. Un troisième chat vient s'en mêler. Heille wo, un instant, wo. On fonce vers le tas, question de les désorienter. Les chats se sauvent dans toutes les directions, et Ron court vers la nôtre. Il est tout émotionné, le pauvre. Je le flatte, je lui parle doucement, je lui donne des croquettes. Après un bon moment de ce petit manège, je réussis à le faire entrer dans la cage en mettant des croquettes dedans. Je voulais pas faire usage de la force, chu pas dans police, moué. Ron aime pas bin ça être dans une cage, il lâche des petits miaulements inquiets, mais on n'a pas un long bout à faire.

Je l'ai laissé s’installer en paix dans ma ruelle, je l’ai flatté un peu, il a mangé, ronronné, puis j’ai décidé de rentrer avec Mathieu qui m’attendait pour jouer à Castle Crashers. Quand j’ai ouvert ma porte, Po a aperçu Ron. Elle est devenue toute raide, a fait des gros yeux de hibou, mais je lui ai pas laissé la chance de se jeter à la poursuite du beau chat brun.

Ce matin, Ron n’était pas dans ma cour. Il était retourné à l’église. Qu’est-ce que tu crisses là, beau chat? Dieu peut rien faire pour toi. À part te lancer un hiver en pleine gueule. Ça s'en vient. Prépare-toi, beau chat.

2 commentaires:

La citadine a dit...

Je suis quand même contente de savoir qu'il est encore en vie! :( Peut-être qu'il sentait que c'était le territoire de Po et qu'il aimait pas ça? Probablement qu'il a marqué son territoire à l'église... PEUT-ÊTRE QUE C'EST LE CHAT DE JÉSUS!!!

Lora Zepam a dit...

Ma ruelle est déjà occupée par des chats, il n'avait peut-être pas réussi à faire sa place avec ses grosses couilles. Pis si c'est le chat de Jésus, bin Jésus va devoir travailler fort pour le retrouver, ha! :D