jeudi 24 janvier 2013

Connais-tu ça, les web logs?


Je suis pas mal fière d’avoir osé me rendre jusqu’à picerie. J’aurais pu toffer jusqu’à demain en mangeant des patates flétries pis beaucoup beaucoup de barres granola, mais je me trouvais poche de pas être game de marcher 135 mètres. Je me suis donc isolée au maximum, ne gardant qu’une visière pour éviter des accidents. Eh bien j’ai eu froid aux yeux. Juste ça! OK, aux sourcils aussi, un peu. Pis je dirais que c’était pas désagréable comme sensation, moi qui ai si souvent les zoeils qui brûlent à force de passer ma vie devant un écran.

Là, c’est pas que j’aime pas ça m’étaler sur le temps qu’il fait, mais je voulais parler d’autres choses. Me faire accroire que Facebook existe pas — même si je vais partager cette note sur Facebook — et parler des nouveaux blogues qui sont pas nécessairement nouveaux dans la vie mais qui le sont dans ma vie.

D’abord, Le connoisseur de céréales du Québec. Il critique des céréales à déjeuner, pis ses critiques sont aussi délicieuses que des bonnes céréales. Et comme j’ai vraiment du pliaisir à déguster des bonnes céréales, bin j’en ai beaucoup à lire son blogue, ça va de soi. Sérieusement, je dirais que c’est un savant mélange de grano pis de sucre en pourde.

Ensuite, je suis tombée sur le blogue de Petite pastèque. Et quand je dis « tombée », bin je dois dire aussi que c’était pas une chute qui fait mal, au contraire, c’est comme si j’avais atterri sur un bloc géant de Jell-O : sucré, rebondissant et amusant. Des tranches de vie avec parfois des petits pépins — ho ho ho, heille, chu donc folle! —, un blogue qui me permet de sortir mon p’tit rire doux de mongole (« hu hu hu hu hu… »), un blogue SFW, un blogue que tu peux lire avant de te coucher sans risquer de faire des mauvais rêves (sauf pour la photo de Pruneau, tu vas comprendre quand tu seras rendu là).

Puis c’est en lisant Petite pastèque que je me suis retrouvée sur le blogue de son chat, Monsieur Minoune. Le chat anthropomorphisé le plus cool du monde. Garfield, prends donc ta retraite. Ou plutôt, j’te parle pus, t’es plate. Ce matin, Mathieu m’a envoyé un lien, accompagné d’une remarque : « C’est pas La Fouine qui ferait ça. » Meh, c’est Monsieur Minoune! Yé donc bin propre! En effet, c’est pas exactement le genre de La Fouine. Elle, quand on l’arrose (à sa demande, je précise), elle laisse l’humidité s’accumuler sur sa tête jusqu’à ce que ça forme un marécage rose. Dé-gueu. Mais là je digresse un peu. Je voulais juste dire que je suis tout de suite devenu une grosse fan de Monsieur Minoune.

Monsieur Minoune ou Monsieur Moustache?


Yé, moi j’aime ça les blogues! \o/

2 commentaires:

Petite pastèque a dit...

Merci! Je pense que tu es la première personne qui arrive à bien définir mon blogue. Oui oui, un cube géant de Jell-O, c'est exactement ça! D'ailleurs, Monsieur Minoune est aussi un cube de Jell-O à sa façon, dans le sens qu'il a la tremblote facile (d'où son surnom Monsieur Moumoune), donc il serait bien le dernier à aller se mettre la tête sous l'eau du robinet. Mais dans mon imagination, il peut TOUT faire, of course.

Lora Zepam a dit...

(Ah, c'est bizarre, je viens de voir apparaître ton commentaire. Coudonc, on dirait bien que ça va me prendre plus que huit ans pour comprendre Blogger.)

Aaaw, Monsieur Moumoune! Si un jour il se décide à prendre sa douche, j'espère qu'on pourra voir ça sur son blogue. Oh, l'autre jour quand je lisais sa dernière note, j'étais tuténarvée et je montrais ça à mon chum en riant. Je pense qu'il riait plus de moi que d'autre chose. Ouan, j'ai un tros kick sur Monsieur Minoune.