vendredi 6 juin 2008

Ma mère s'inquiète de mes longues marches nocturnes dans la méchante Ville aux mille périls. Comme je suis consciente qu'il y a des dangers partout (même à B5P), je prends mes précautions. Je traîne un parapluie et je m'habille convenablement. Et si un(e) vilain(e) ose seulement me demander l'heure, pas de chance à prendre : je vais le(la) poivrer sans hésiter. Tssssssssshhhhhhhhhh.
- Aaaaaaaaaaaarrrrghhhh!
- T'en veux encore? Tssssssshhhhhhh.
- hhgghhhheeegghhhh.

Mais le poivre, c'est accessoire. Comme je me rockyfie toujours plus, je dégage tellement la puissance et la confiance en moi que personne n'ose croiser mon regard quand j'arpente les rues à 3h.

2 commentaires:

ambidextre a dit...

Ouais! La peur ça se sent, ça attire les bêtes sauvages... et si tu te chante la toune de rocky (ta ta ta ta ta ta ta ta ta ta), tu ne peux avoir peur, c'est scientifiquement prouvé!

Lorazepam a dit...

Tu crois?
Quand je chante, j'ai souvent peur de moi-même.