dimanche 16 septembre 2012

Les penules, ou Lora Zepam s’appelle maintenant Cita Lopram


J’essaie de chasser de mon esprit la désagréable impression qu’on m’a eue par l’usure. Ça faisait des années qu’on me parlait de penules, et moi je voulais pas, je résistais parce que je sais que je suis folle mais si le monde n’était pas aussi débile je souffrirais pas tant d’être folle. Tsé, je suis pas si malade que ça, je suis juste une hypersensible dans un monde impitoyable. Ça pis que’ques affaires pas trop graves. Petite pizza de maladies mentales faibles en gras. De la folie légère, là. Hypocalorique. Pis crissement riche en fibres.

J’ai jamais aimé que les médecins sortent leur calepin de prescriptions quand je disais que ça va pas bien dans ma tête. Ce que je trouve insultant, c’est qu’on me proposait des pilules à des moments où je considère que c’est bien normal d’être épuisé. Fin de session difficile après 15 semaines de mauvais sommeil. Situation financière dégueuse. Pas de job. Relation boiteuse. Et d’autres affaires plates de l’existence. Pis en plus, surtout, j’aime pas ça, moi, prendre des médicaments. J’y suis trop sensible. J’ai déjà fait une overdose d’antibiotique, tsé! Bin, une presque overdose. Et quand je prends une demi-dose de Gravol, je suis droyée. Je me souviens encore de la fois où Oli m’a vue sul Gravol. Il était venu me cherche en char pour aller je sais pus où, pis il trouvait ça bin drôle de me voir dans un état second.

— Han! Je pense que je viens de voir passer une colombe.
— Sophy… C’est une tache dans mon pare-brise.
— Ha. Ouin, t’as raison. Mais avec la lumière pis toute… En tout cas.

Faque prendre un médicament qui va me jouer dans la tête, ça me tentait pas pantoute. Sauf que là, je suis en train de devenir insupportable pour tout le monde, même pour moi. Je suis en train de devenir un poids lourd. Je maigris mais je m’alourdis. Pis là je ferai pas de jeu de mots avec l’aigreur. Gnn. 

Plusieurs m’ont rassurée au sujet du citalopram. Ça cause presque pas d’effets secondaires! Tu seras même pas zombie! Un zombie? J’aimerais ça. Je voudrais bien être assommée, stone, molle, imperturbable. Je voudrais qu’il se passe rien, pas d’événements, pas d’émotions fortes, aucune perturbation. Une vie plate et beige. Pour quelques mois au moins. Stp, Jésus?

Ah pis fuck you Jésus.

Fuck la poésie, fuck la tendresse, fuck l’amour. On a des penules. Crisse de monde frette.



3 commentaires:

Litchi a dit...

Je prend du citalopram 40mg depuis que j'ai 17 ans...Les seuls effets secondaires que j'ai eu, de mon côté, c'est que mes rêves sont ultra clairs, je m'en rappelle tout le temps. Et ils sont ben bizarre la plupart du temps.

Courage, ma belle.

Éric McComber a dit...

Les médocs, c'est l'enfer. J'y réside parfois, mais c'est l'extrême extrémité de l'extrémisme. Y a pas quelqu'un qui peut te passer quelques sous ? File écrire à Cuba… ou à Chypre. Un île calme, avec du vent et des ciels…

Lora Zepam a dit...

@Litchi : Si ça peut être juste ça, je vais être bin contente! Mais je veux pas en prendre longtemps. Ce sera ma béquille pour le temps où je boiterai. Merci, feufille.

@Éric McComber : J'ai même pas pu aller à fucking St-Urbain de tout l'été. Malheureusement, j'ai pas mal épuisé mes sources de financement, va falloir que je commence à travailler beaucoup, "comme tout le monde". À moins que je vende 500 t-shirts de Po... :)