mercredi 28 septembre 2011

La deuxième fois où Gaston est venu cogner à ma porte

Je suis chez moi avec Patrick, Patrick qui sait qu’il doit faire attention en restant le plus silencieux possible quand il est chez moi, et on parle sur un ton de voix normal quand ça se met à cogner à ma porte. Bon, kessé que j’ai fait encore? J’ouvre ma porte et, oh! surprise, c’est Gaston. Gaston qui me dit qu’il trouve ça bin l’fonne que je sois pas bruyante comme l’ancien voisin qu’on aurait dit qu’y pèse 400 livres BANG BANG BANG sua tête jour et nuit pis c’est correke tu peux faire ton lavage, là, ça me dérange pas, tant que c’est pas à onze heures du soir j’en ai déjà eu une je te comprends c’est normal tu veux sauver de l’argent prends-la gêne-toi pas si tu veux j’peux t’amener des pads à mettre en tsour pour quand a spine.

[Ma face de rien comprendre pantoute]

Ah? Je pensais que je vous dérangeais?… Parait que non. Que si je continue à faire de la lévitation et à ne pas faire mon lavage à onze heures le soir (!), tute est correke. Gaston a profité de l’occasion pour m’offrir une tévé. C’est gentil mais j’en ai déjà une grosse pis elle sert un peu beaucoup à rien pantoute. (Bah, c’est pas vrai. Je mets des affaires dessur au lieu de les laisser traîner par terre.)

Je regarde Patrick, toujours avec ma face expliquée plus haut, et je me dis que je vais devoir apprendre à vivre avec les humeurs de Gaston. Yé! On aime ça les défis!

2 commentaires:

Aka Badeau a dit...

Aon, Gaston yé fin! Est-ce qu'il puze?

Lorazepam a dit...

C'est dur à dire, ça puze pas mal partout dans le bloc.