dimanche 18 septembre 2011

Mes vacances dins montagnes

Je suis en vacances. Je travaille pas, mais je prends quand même des vacances. Je suis fatiguée d’être fatiguée, écoeurée d’avoir le coeur au bord des lèvres et la tête qui brûle à cause de connexions qui se font mal. J'ai donc suivi Mathieu, Meulie et Vécké dans leur trip de cinq jours à Baie-St-Paul. S'en aller, c'est parfois efficace. (Et je peux dire que ça vaut la peine de rester en bons termes avec son ex-mari parce que c'est Patrick qui s'occupe de Po. Merci Pitrick.)

Aujourd’hui, Vécké voulait aller voir la ferme d’alpagas aux Éboulements. Ça fait déjà plus d’un mois que c’est son animal fétiche depuis qu’elle est passée par hasard devant les « mouton-girafes » pis on était bin d’accord pour prendre un peu de cet enthousiasme. C’était la première fois que je faisais de la route avec mes chicous à moi, alors on a un peu exploré. Mathieu voulait voir La Malbaie de plus près, et en arrivant il a tout de suite été bin impressionné par le terrain de golf. « Oh my golf!! » (Ouh!) « Alpagolf! » (Re-ouh!) Je pense que la beauté du paysage nous a déconcentrés au point de manquer les alpagas. On a cru voir un lama en chemin, mais Vécké a dit que c’était pas ça qu’elle cherchait. On a fait une petite escale au casse-croûte Chez Ginette, où j’ai eu la chance de voir quelques goélands argentés, des algues en formes de moustaches et des bikers sua poffe assis sur la plage en blue jeans. La fleuve était plus beau qu’un laminé de salle de bain en 1991. Meulie était belle de plein de palpitations d’amoureuse. Elle veut maintenant faire un retour en région, c’est son nouveau projet. Coup de foudre pour l’est de Charlevoix. Je la comprends. Mais moi j’ai eu ma dose des régions. J’ai encore besoin de smog pour un moment.
Quand on a vu le centre d’information touristique de La Malbaie, Vickie est sortie du char en courant, avant même que la voiture ne soit immobilisée. Elle est revenue avec l’adresse de la ferme d’alpagas, triomphante. Notre mission avançait.

Y’étaient où, les fucking mouton-girafes? Drette où on avait vu un « lama ». Ah bin ga’donc. On était contents de les trouver! La madame nous a laissé les regarder quelques minutes parce que ça fermait. On a vu un bébé avec plein de pattes trop longues, des alpagas à la vanille, des alpagas au caramel, des alpagas au chocolat, et un alpaga au chocolat noir. Il s’est roulé par terre juste pour nous énarver un peu. Vécké s’est acheté un beau casse en laine d’alpagas. Voir des alpagas, c’est quelque chose. Mais voir Vécké qui voit des alpagas, c’est une grosse chose.

En arrivant à Baie-St-Paul, les femmes sont rentrées à la maison pour cuisiner comme des mamans, puis Mathieu et moi on a continué notre exploration. On a vu l’arbre du boisé du quai, tsé celui qu’on voit sur toutes les photos touristiques de Baie-St-Paul? Bin il était là. On a vu une maison rose Panthère Rose (c’est là que je veux finir mes jours), une épave de bateau qu’on sait pas si c’était L’Acalmie, une coup’ de maison de serial killers, le cimetière qu’a profané Patrick Brisebois, et les nouvelles banlieues laittes de B5P.

Notre journée a été riche en belles choses, mais c’est pas une raison pour que ça s’arrête, et c’est pour ça que Mathieu m’a proposé la chose la plus romantique du monde : « Veux-tu que j’aille chercher mon dédoubleur? »
Aon.
On est donc en train d’écouter de la musique ensemble, chacun avec nos portables, lui qui travaille sur ses projets sérieux, moi qui écris des niaiseries. Je projette de m’endormir sur le divan.

Mais avant, je vais laisser le plaisir à Mathieu de rire de moi parce qu'il trouve que j'ai l'air de Dr Doogie.

2 commentaires:

Sevas Tra a dit...

J'aime bien taper des affaires que tu écris sur ton blogue sur Google et découvrir des faces des monjols. =)

Lorazepam a dit...

Tu viens de découvrir Dr Doogie? :D