vendredi 9 juillet 2010

J'aime l'été

Et ne cherchez pas une pointe de sarcasme dans ce titre, j'aime l'été pour vrai! Je tolère bien la chaleur (je suis tellement frileuse), et en cette période de canicule, j'ai de la chance car je ne fais pas partie des malheureux qui sont forcés de travailler à l'extérieur ou qui vivent dans un petit appartement au quatrième étage dans le centre-ville de Montréal. J'ai encore plus de chance parce que je suis en vacances et je traîne chez Maxym Ringuette™ dans son sous-sol frais ou dans sa piscine. On joue au Super Nintendo sur l'écran HD de ses parents. Ça me fait drôle de voir mes personnages de FF IV sur un grand écran, en haute définition...
Je passe le plus clair de mon temps assez immobile, par réflexe de survie mais surtout par paresse (la canicule est une belle excuse pour ne rien crisser), et j'essaie de profiter des chaudes nuits d'été pour sortir un peu. Cette semaine, je me suis donc un peu baladé avec Maxym dans son quartier (un seul soir, en fait). On était si bien! Quand on est passés près d'un étang, on a entendu des cris de grenouilles. Et comme j'adore entendre les chants de batraciens, j'ai insisté pour qu'on s'arrête un moment et qu'on apprécie ce moment magique. Maxym pensait que c'était des ouaouarons, mais j'étais pas mal certaine que non. J'ai donc vérifié dans les internets et j'ai identifiées nos charmants anoures : des Rana clamitans*! Ou des grounouilles vartes, dans le langage courant. Je n'ai encore jamais vu un seul ouaouaron, et j'espère au moins en entendre cet été.

Rana clamitans toute bouffie.

Sur le chemin du retour, Maxym me dit qu'on traverse une zone de criquets (mais je suis safe car ils ne sortent que le jour, surtout quand c'est ensoleillé). En disant ça, je sens un petit objets sec et inconfortable se loger dans mon soulier... je pense immédiatement aux criquets (une vieille phobie que je n'ai pas encore réglée)... je me dépêche de détacher mon soulier... je panique un peu mais je me retiens de hurler (je garde à l'esprit que nous sommes dans un quartier résidentiel à 1h30 am)... j'ôte mon soulier... et que vois-je?? UN OSTIE DE CRIQUET LAID. ARK. J'avais des frissons de dégoût. Comment vais-je un jour réussir à vivre avec ces monstres?

*Clique sur le lien! De la pure cutitude!

2 commentaires:

Maxym a dit...

JE DISAIS QUE C'ÉTAIT DES CANARDS MAUDITE CRUCHE

Lorazepam a dit...

J'AI LE DROIT DE TE FAIRE DIRE CE QUE JE VEUX SUR MON BLOYE, GROSSE TRUITE GLAIREUSE!

(Tu as quand même dit que c'était des cris de ouaouarons quand tu as compris que c'était pas des cacassements.)