mardi 30 novembre 2010

Ma beauté intérieure

Aujourd'hui, je suis arrivée en retard au bureau pour la première fois. Je devais me rendre à la clinique pour un rendez-vous avec le corps médical en personne et cette rencontre a duré beaucoup plus longtemps que je ne l'aurais cru. Vous êtes d'accord qu'un corps médical, c'est toujours pressé, non? Ça te regarde pas dans les yeux, ça se trompe de nom, ça te barbouille une prescription pis ça te sacre dehors, non? Je généralise, bien sûr. Mais c'est quand même du commun. Sauf que moi j'ai eu la chance de tomber sur une madame qui, en plus d'aimer son travail, recevait une stagiaire ce jour-là, ce qui me donnait droit à une entrevue encore plus détaillée, avec toutes les questions et tous les détails et toute l'empathie médicale mais en PLUSSE gros. Plusse de sourire, plusse de dents, plusse de yeux doux et rassurants, plusse de voix calme et posée. En tout cas, j'avais pas prévu dans mon horaire un examen gynécologique (argh). Elle n'était pas du tout insistante (ça aurait été trop violent de sa part), mais tant qu'à être là, j'ai accepté d'enfiler la belle jaquette bleu pâle derrière le rideau et me suis installée sur la table d'examen. Parce que oui, pour ceux qui ne savent pas comment ça se passe un examen de dedans de femme, sachez qu'on vous permet de vous changer en toute discrétion derrière un rideau pour ensuite vous explorer l'intérieur avec une lampe pis une loupe pis une pioche. Et moi qui avais vraiment envie de rire… Je suis couchée, écartée, je regarde le plafond, pendant que le corps médical me farfouille et fait ce qu'il se doit tout en essayant d'entretenir une conversation banale ("Alors tu comptes poursuivre tes études à l'université bientôt? À Montréal ou à Québec?" etc etc). T'AS LES MAINS DANS MON VAGIN. C'est assez dur pour moi de me concentrer sur autre chose, tsé.
La madame est tellement aimable et douce, ça me donne encore plus envie de rire. Pourtant, je sais que ce sont des qualités primordiales pour effectuer cet examen qui traumatise bien des femmes et des adolescentes. Ça doit être parce que je trouve ça drôle d'être devant un cliché du parfait gynécologue plein de précautions apaisantes. Mais non. Ça me fait rire parce que je suis une gamine énervée.
Pendant que je me fais palper, j'apprends que normalement on ne sent pas les ovaires, mais que je suis "assez mince" (ish!) pour qu'on puisse toucher les miens (ah bon!?). Mais le clou de cette rencontre, que dis-je, de cette journée :


CORPS MÉDICAL
(Beaucoup trop enthousiaste)
T'as un beau col. Rose et sain.

SOPHY
(Toujours couchée et écartée)
Ouais, je sais. On me le dit si souvent.

Mais non. J'ai pas dit ça. De toutes manières, kessé que tu peux bien répondre d'intelligent à ça? J'ai simplement fait un sourire qui se voulait un harmonieux mélange de satisfaction, de soulagement, de fierté et d'émoi.
J'ai un beau col, criss.

6 commentaires:

manouche a dit...

Chez la gynéco ou ailleurs,entre deux rires nerveux tu as la possibilité de répondre même par trois mots débiles...quand le dentiste te questionne et que tu as la bouche écartelée c'est duraille,tu peux lever les sourcils ou jouer des mains; communication limitée...

É. a dit...

Au moins t'as pas de cernes.

Sevas Tra a dit...

HAHAHAHAHAHA. J't'en train de mourir de rire, dans mon COURS!

<3 <3 <3 <£

(Le dernier, c'Est parce que je te paye en livres.. oui oui!)

Doparano a dit...

J'adore tes histoires!!!

Tu m'a manqué ma toute menue. Pourrais-je te palper les ovaires la prochaines fois?

Lorazepam a dit...

Manouche : C'est vrai! En plus, ma dentiste et son assistante parlent constamment, et elles me regardent comme si je devais participer activement à la discussion. Ça m'oblige à marmonner des sons pas très beaux!

É. : Bon, je vais encore retomber dans les RBO... :D

Sevas : J'aime quand tu meurs à l'école. Ça divertit les étudiants blasés.

Dope : Es-tu prête à atteindre ce niveau d'intimité avec moi? En tout cas, je te prépare d'autres histoires dentaires YINQUE POU TOÉ.

Doparano a dit...

YEAH!!!