jeudi 9 juillet 2009

Conjonctivite

J'avais beau le nettoyer minutieusement, mon œil infecté purulent brouillait ma vision. Il était brûlant et rouge comme l'Enfer, palpitait pour sortir de mon orbite. La secrétaire de mon Médecin Tout Puissant m'a recommandée (sur un ton affectueux) de consulter au CLSC, sans rendez-vous (parce que rendu à cette heure-là, la clinique débordait de mourants). J'ai donc appelé au CLSC, et la secrétaire m'a dit que oui, il reste de la place, non, elle ne sait pas combien de temps je risque d'attendre dans leur salle d'attente infectée, et m'a conseillée d'amener l'œil malade dans un verre d'eau avec de la glace.
J'ai fait ça vite, en marchant courageusement sous la pluie fine, sans parapluie.
J'avais hâte d'être examinée par le beau et jeune médecin sexy. Mais j'avais super peur qu'il ne trouve pas un œil de remplacement à mon goût, du genre un œil démesuré qui me ferait une face d'émoticône ou un œil de poisson mort ou pire, un œil brun ordinaire comme mon autre.
Je crachais de la boucane par les narines tant la salle d'attente était frette et c'est OK parce que ça me donnait l'air encore plus choquée et impatiente. J'ai pensé que peut-être les infirmières, les secrétaires ou même le concierge de la place allaient le remarquer et me faire passer en priorité juste parce que j'ai l'air dangereuse? Tsé, d'un coup que? On prend pas de chance? On lui fait pas confiance à elle? Non?...
Tout le monde est passé avant moi, même le bébé trop heureux de vivre qui méritait juste de se faire cajoler par sa mère encore deux heures (je suis sûre qu'il m'était même pas malade).
AH! On m'appelle! Oui, c'est mon nom et pas le vôtre nanana tassez-vous c'est mon tour!
Le beau et jeune médecin sexy avait pris la forme d'une madame ordinaire en sarrau blanc dont j'ai complètement oublié la face. Elle m'a observé l'œil avec une torche aveuglante en me disant que ça allait chier mon maquillage mais qu'elle n'avait pas le choix han faut bin m'examiner comme il faut. Elle a accusé ce dit maquillage, oui, celui que j'étale sur mes yeux à tous les jours de ma vie, d'être la cause de ma conjonctivite purulente et m'a ordonnée de ne plus jamais jamais me maquiller alors j'ai répondu « Quoi, pour te ressembler? Jamais de la vie, connasse! » et elle a éclaté d'un grand rire hystérique et moi aussi j'ai beaucoup ri, j'ai ri à en pleurer et j’ai pleuré du pus de mon œil droit, et elle m'a dit « Ouvre grand » alors j'ai dit « Aaaaah... » puis elle m'a balancée trois ou quatre comprimés au fond de la gorge. Je ne sais pas ce que c'était mais depuis, je me sens beaucoup mieux.
Au fond, le bout le plus tough a été de me frayer un chemin à travers les zombies pour sortir du CLSC. Une chance que j'avais mon épée Master pour les anéantir efficacement et donner une bonne raison au concierge pour passer la moppe après.
Oh, autre coup de chance : mon bus est arrivé au moment même où je mettais les pieds dehors! Contre-attaque du destin : j'y ai reconnu un humanoïde de catégorie « ancien collègue de travail » et j'ai du socialiser un moment. Je lui ai parlé de la météo, pour le faire chier.

7 commentaires:

le neurone a dit...

Ce commentaire a fort heureusement été supprimé dans l'oeuf par son auteur dans le formol.

l'auto-censure

É. a dit...

Ouh. T'en referas, dis, de ces trucs. T'as la prune et la pêche de chez Pomme !

Doparano a dit...

J'adore le fait que tu aies une santé chancelante... ça donne des billets juteux comme du pus d'oeils à lire!!!

Lorazepam a dit...

le neurone : De l'auto-censure? Mais pourquoi donc? Bienvenue dans mon blogue de niaiseries!

É. : Que je refasse des conjonctivites ou que je relate encore mes aventures médicales esstraordinaires??
Tes jus de maux fruités m'ont laissé perplexe. Si je me fie à ce que j'ai trouvé sur Google, tu viens de me faire un compliment?...

Dope : Tu n'as pas fini de rire, car j'ai trois rendez-vous chez le dentiste ce mois-ci, je revois un médecin cette semaine et je suis encore une débutante de la rockyfication. Douleurs et bobos à venir!

É. a dit...

Oui-oui, ça se lit comme on boit un mojito, ton truc. Deux pouces levés !
:0)

Lorazepam a dit...

Aon, merci! :D

Robin a dit...

Ah non ça marche pas le truc de la moue, hein... Souvent les madames qui travaillent à la pitale, elles font déjà des gueules à faire fuire les mômes.

Y'a rien à faire, c'est l'impuissance la plus totale et la plus injuste.