lundi 17 mai 2021

Le refuge de bebés bebittes

Le mois dernier quand je marchais pas loin de la promenade Ontario, un petit bambin s’est mis à marcher vers moi en souriant à pleines gencives, les bras ouverts et les mains collantes, comme si j’étais sa meilleure amie et je lui ai souri avec mes yeux (je suis capable de faire ça depuis longtemps mais je sais pas si les petits enfants perçoivent les sourires d’yeux) puis sa mère l’a retenue pour me laisser les dépasser. Je l’ai trouvé très quioute, mais j’ai aussi ressenti de l’envie. J’ai envié son insouciance. 

 

Quelques pas plus loin, un kid de peut-être 8-9 ans au coin de la rue, un teeshirt « FREE SPIRIT ». Je me suis demandé si dans 20 ans il allait écrire « libre penseur » dans sa bio sur Facebook. Je me suis aussi demandé si Facebook allait exister encore dans 20 ans.

 

Nicolas faisait cuire du riz aux bines et il préparait ses ingrédients pour faire de la pâte à pizza. C’est à ce moment-là qu’il a vu quelque chose grouiller dans la farine. Hon. Une petite larve. Je la prends pour la regarder de près : typique larve de bebitte qui aime les grains, mais je me souviens pas ce que c’est. Il y en avait plein dans le bol de farine! J’ai dit à Nicolas de checker son sac de riz... Oups. Sont là itou. Ça veut dire qu’on en a fait cuire. :( 

 

Quand j’ai commencé à chercher sur internet pour les identifier, les premiers résultats de recherche menaient à des sites d’extermination et ça m’a rendu triste. C’était des larves de dermestes, et j’ai pensé que je pourrais les identifier plus précisément quand elles seraient devenues adultes. J’ai demandé à Nicolas si on pouvait les garder dans un pot de farine pour les faire grandir, et il m’a fait ça :





 

 

Ça m’a émue. J’avais hâte de voir les bebés bebittes grandir, et les montrer à Lili. Sauf qu’elles n’ont pas survécu. Des fois, tu penses que la vermine c’est pas tuable. :(

samedi 17 avril 2021

Être une tarte

 Ingrédients :

·  1 1/2 tasse de chapelure graham

·  1/4 tasse de beurre de coco

·  1 boite de garniture pour tarte aux fraises

·  2 boites de lait de coco réfrigéré depuis quelques heures

·  sucre ou sirop d’érable

·  essence de vanille

Mélangez la chapelure graham avec le beurre de coco fondu. Étalez ça dans un moule à tarte et faites cuire ça 6 à 8 minutes à 350. Laissez refroidir.

Fouettez au batteur électrique la partie solide du lait de coco et ajoutez du sucre et de la vanille au gout.

Étalez la garniture aux fraises sur la croute, et recouvrez le tout de crème fouettée. Réfrigérez un petit moment avant de manger.

*

J’aime beaucoup le dessert, mais j’aime pas cuisiner. Les desserts véganes préparés sont relativement rares et assez chers. Si je veux manger du dessert à chaque repas (ou presque), ou bien je me fais un budget dessert (non), ou bien je me force pour cuisiner (ah, crisse). La semaine passée, j’ai refait des carrés aux dattes, mais je les ai cuits trop longtemps. Pas grave, juste à les découper avec un marteau-piqueur, sont super bons pareil.

Hier soir je me suis enfin décidée à faire la tarte de rêve que j’ai en tête depuis des mois. Ça promettait d’être facile parce que ça comporte seulement trois éléments : une croute graham, du stoffe aux fraises et de la crème fouettée. J’avais la farine graham, une canne de garniture aux fraises, et j’avais ce qu’il faut pour faire de la crème fouettée de coco. Fait longtemps que je veux tester ça : tu places une canne de lait de coco au frigo quelques heures, tu l’ouvres, et tu retires seulement la partie solide qui flotte (la crème grasse pour faire du bon menoum de crème fouettée). Suffit de la battre un peu, d’ajouter du sucre au gout, et hop, une belle crème fouettée végétale.

Si j’ai hésité durant des mois avant de faire ce dessert super easy, c’est pas pour rien. Je cumule les mauvaises expériences culinaires, comme la semaine passée quand j’ai voulu me réconforter mais que j’ai fait une soupe IMMONDE. Normal que j’hésite toujours un peu avant d’improviser une nouvelle affaire, hein. Chatte échaudée craint la soupe frette?

Mais hier, c’était le bon moment. Je prépare la croute (super bébé fafa), je sors les cannes et le batteur électrique. Je commence à fouetter le lait de coco. Ça épaissit un peu, mais pas tant. Je goute : c’est pas capotant. J’ajoute alors du sucre en poudre. Je goute : ouf. Ça manque encore de sucre. J’en rajoute, je goute : dégueulasse. Je regarde bien le pot de sucre en poudre : c’est écrit dessus « sucre en poudre » sur un bout de tape, avec ma calligraphie. Je pellète une petite quantité de « sucre en poudre » avec une cuillère, et je goute : dégueulasse.

C’est pas du « sucre en poudre », estie, c’est de la fécule de maïs.

Là, j’étais fru. Encore une gougounerie culinaire. J’ai jeté la crème pleine de fécule parce que, sérieux, même si j’aime pas gaspiller, c’était irrécupérable. La texture poudreuse m’a un peu levé le cœur durant une heure. J’ai rangé la croute au frigo en me disant que je règlerais le problème demain pis j’ai mangé du chocolat pour dessert.

Le lendemain (tantôt), je décide de refaire une crème fouettée. Je sors une canne de lait de coco de marque Cedar, et je fouette la partie solide. Oh, déjà, ça se fouette mieux! J’imagine que cette marque est préférable (je pense que la veille j’avais essayé le lait Haiku). Je goute, ça manque de sucre. Cette fois, j’ajoute du sirop d’érable, sous les conseils de ma maman. Ouais, j’ai ça chez moi. Seul beau souvenir tangible de mon projet de sanctuaire de vaches qui a échoué. Mais c’est un autre sujet.

La crème fouettée était pas pire, alors j’ai vidé la canne de stoffe aux fraises sur la croute, j’ai ajouté la crème fouettée de coco. C’était visuellement appétissant à mes yeux. J’aime l’aspect glacé de la garniture aux fruits, et ça contraste bien avec le blanc cassé. J’avais hâte de mettre ça dans ma bouche.

Je vous montre une photo :

J’ai pas fait suffisamment de crème, idéalement j’aurais pris deux cannes, alors eh.


La pointe, c’est pas full instagrammable, parce que ça sait pas se tenir cette tarte-là :


Note finale : 4/10, je vous la recommande pas. Les saveurs s’agencent pas si bien, c’est trop sucré, ça tombe sul cœur, et je suis pas encore convaincue par la crème fouettée que j’ai faite (je devrai la tester avec d’autres choses). Je vais pas en refaire. Pis j’espère que quelqu’un voudra la finir à ma place parce que j’ai peur de manquer de courage (allo Nicolas!).

La fois que j'ai été accusée de trafic de drogue

 [Originalement publié sur mon Patreon le 6 avril 2021]


J’ai rêvé que je passais en cour pour possession de drogue. J’étais persuadée que c’était un coup monté contre moi, parce que je traine jamais de drogue sur moi, mais j’étais si surprise et dépourvue que je disais candidement : « Mais je prends pas de drogue, demandez à mes ami·es. J’ai même pas réussi à fumer du cannabis médical sur une base régulière. » Apparemment, on avait trouvé de grandes quantités de drogue sur moi, incluant de la cocaïne, alors je me suis fait dire : « Ah, mais peut-être qu’on devrait vous accuser de trafic de drogue, à la place, vu que vous n’en consommez pas personnellement? »

J’étais vraiment dans la marde, et quand je me suis réveillée j’étais un peu contente de pas avoir à trouver de solutions en plus pour un procès pour trafic de drogue, mais j’étais déçue de me réveiller parce que ma vie éveillée me semble pire que ce rêve totalement niaiseux.

J’ai cessé d’essayer d’être heureuse il y a plusieurs années déjà, non pas parce que je suis gothique ou cynique, mais parce que je pense que c’est réellement vain comme objectif. Et assez vague. Je m’imagine pas atteindre un « stade heureux ». Toutes les périodes de ma vie sur lesquelles je rêvasse avec nostalgie étaient assez dégueulasses quand j’y repense et que je suis honnête. Peut-être que ma (la) vie en entier va être dégueulasse, mais avec seulement des petits bouttes gnéseux ou beaux. C’est assez terrifiant quand j’y pense.

*

Jeudi passé, j’ai marché jusqu’à la clinique vétérinaire avec Nicolas et Alex pour aller chercher de la bouffe pour mes chats (et pour donner du ragout à Alex). Sur Saint-Urbain, on a vu deux télés sur le trottoir. Nicolas avait l’air bin impressionné. Il suggérait de les ramasser. Moi, j’étais sure que ces télés-là étaient finies pour se retrouver sur un trottoir sale, avec aucune mention pour nous dire si ça devrait rester là ou se faire adopter.

Mais Nicolas était pas du même avis. Son hypothèse, c’est que si ta télé est brisée, tu la jettes et tu en achètes une autre. Tu laisses donc une (1) télé au bord du chemin. Si y’en a deux (2), c’est pas deux télés qui ont brisé en même temps. C’est autre chose. Genre, quelqu’un qui se débarrasse de tous ses écrans (j’imagine qu’on est trop tard et qu’on a raté les tablettes et les iPhone) parce qu’il est rendu au « stade sans écran » de sa vie.

On a attendu en face de la clinique, le temps que je ramasse ma commande, puis on est repartis et Alex nous a quittés. On est donc repassés devant les télés. Mais Nicolas arrêtait pas d’en parler, alors on a reviré de bord pour aller en chercher une. Nicolas a pris la plus grosse. « C’est super léger ces écrans-là » : devinez qui s’est plaint durant tout le trajet que c’est lourd, ça fait mal, y fait chaud, chu tanné?

Je l’ai aidé à la transporter, on marchait l’un derrière l’autre. On a parié sur l’état de la télé. On avait le temps en masse d’y penser, j’habite à une demi-heure de là quand je marche vite et sans télé géante dans les mains.

En passant devant une cour d’école, des enfants nous ont suivis pour « regarder la télé ». C’est quoi votre émission préférée? — Star Wars! Ils ont pas pu nous suivre longtemps, leur établissement carcéral pour enfants étant entouré de clôtures. Hoooon c’est fini! — Oui, l’émission est finie, à la semaine prochaine! :(

C’est vrai que c’est léger, mais sur deux kilomètres, avec pas de muscles de gym et pas de pogne, c’est toffe. J’ai proposé de marcher plus vite pour arriver plus vite. Nicolas a suggéré qu’on coure. Ouais, courir avec une télé ça serait surement bon pour notre réputation de filous félins.

Rendu à la maison, Nicolas a pas attendu qu’elle sèche pour la nettoyer et l’ouvrir pour checker l’intérieur, et quand il l’a refermée, il a pas remis toutes les vis parce qu’il était « tanné ». Pas grave.

Quand il l’a allumée, on a éclaté de rire. Mais il était lumineux de joie. « Si je l’écoute sans mes lunettes, ça parait pas qu’est brisée. »

Pour updater Alex sur la situation de la télé gratis, je lui envoie cette photo :

Réponse : « Ça fonctionne parfaitement! Le monde jettent leurs choux gras! »

Le lendemain matin, Nicolas m’a réveillée super tôt pour qu’on écoute des archives de Salut bonjour datant de 1991. Jamais à court de surprises. « Les deux Mongrain sont dans la même télé! »


C’est quand même troublant de réaliser que Jean-Luc Mongrain et Guy Mongrain étaient à ce moment-là plus jeunes qu’on l’est aujourd’hui. (Après, j’ai vérifié et ils étaient juste un peu plus vieux que nous. C’est toffe pareil d’évaluer l’âge du monde en 1991.)

19 ans ou 48 ans? Dur à dire.


Il était super tôt, j’étais fatiguée, mais pendant ce bref instant j’ai pensé : en ce moment je suis heureuse. On écoute un Salut bonjour de 1991 au lit sur une télé géante gratis et pas brisée pantoute : chu heureuse.

*

J’ai décidé que ce soir, j’allais m’endormir sur des épisodes de Kaamelott, parce que Modern Family, ça le fait pas.


En 2012, j’étais dans un tel état d’anxiété et de tristesse à cause du cancer de Vickie que j’arrivais plus à m’endormir. Je me souviens que le premier soir après l’annonce de sa maladie, Mathieu et moi on avait laissé jouer des vieux épisodes des Simpson qu’on connait par cœur. Ça aide à faire diversion et à nous apaiser, mais ça nous empêche pas de dormir vu qu’on n’est pas accrochés à l’intrigue. C’est du connu, c’est rassurant. J’avais réécouté tous les Kaamelott à cette époque (y compris la dernière saison pénible), et neuf ans plus tard, j’y retourne. On change pas. Peut-être que ça va teinter mes rêves? J’espère que non, parce que l’idée de vivre au Moyen-Âge me stresse, c’est pour ça que j’ai jamais voulu expérimenter Bicolline. Mais j’espère que oui, parce que toute est plate.

Soupe orange coco

[Originalement publié sur mon Patreon le 6 avril 2021]

Meilleure soupe du monde, wow!


Ingrédients :

•  1 canne (796 ml) de tomates broyées

•  1 canne (398 ml) de lait de coco (Rooster c’est bon)

•  3 c à thé poudre de cari

•  1/4 c à thé poudre d’ail

•  1/2 c à thé poudre d’ognon

•  1/4 c à thé poivre moulu

•  1 c à thé curcuma

•  1 pincée piment de Cayenne broyé

•  2 c à thé sel

•  légumes : pois verts, edamames, haricots, courge, etc.

•  un peu de riz

•  2 c. à soupe de sucre

Cuisson : 15 ou 20 minutes? Quand les légumes et le riz sont cuits à votre gout, là.

Encore une recette de Nicolas, qui dit qu’il a juste adapté le tofu au beurre végane de Jean-Philippe en format soupe, mais sans tofu et sans beurre. C’est devenu ma soupe préférée, alors que y’a pas si longtemps j’haïssais la soupe parce que je trouvais ça trop chaud pis trop liquide. On change, han.

Comme toutes les soupes, c’est évidemment meilleur réchauffé. Et les proportions peuvent être modifiées au gout.


TRÈS RÉGALEUX.

dimanche 14 mars 2021

Ma vie sociale intraspécifique

 Ce matin, je me suis levée 5 minutes avant que NADZ vienne chercher des affaires que je donne. Ma sœur a vendu son condo, je m’occupe de redistribuer les choses qu’elle ne gardait pas. La veille, il m’avait invitée à aller chiller au parc La Fontaine pour la fête à Régis, alors je me suis dépêchée de me réveiller et de me préparer, je les ai rejoints et j’ai vu DES AMI·ES.

Petit après-midi de soleil d’hiver à socialiser dans un parc à côté d’un pauvre écureuil mort (RIP). Régis savait pas qu’il y avait déjà eu un zoo au parc La Fontaine. Je lui ai parlé de Toutoune, et on est allés voir la baleine. J’avais oublié que je l’avais déjà vue en personne il y a deux ans quand j’étais avec Isabelle et Harley. Je trouvais ça wack et je comprenais pas trop le concept. Maintenant, je sais. 

J’étais contente de voir des gens en groupe, même si c’est toujours un peu weird et légèrement anxiogène. À manné ce sera juste le fonne, et j’ai hâte à ça.

En début de semaine, j’ai eu mon évaluation par une travailleuse sociale du Guichet d’accès en santé mentale. J’étais très volubile. Et j’ai pris la peine de lui dire que je compatissais beaucoup avec elle et ses collègues parce que leur job doit être toffe ces temps-ci. Je pense que ça lui a fait vraiment plaisir. C’était une stagiaire. Je l’aurais voulu comme thérapeute, mais ça marche pas de même. En tout cas, je devrais avoir des nouvelles dans une dizaine de jours pour savoir quels services je pourrai avoir.

Oh! Deux semaines plus tôt, c’est Mathieu que j’ai vu. Il est fin en maudit : il m’a emmenée chez ma dentiste de Varennes. Il s’est levé full tôt, a réservé une Communauto et m’a charriée de Montréal à Varennes puis de Varennes à Montréal. M’a attendue dans le char durant toute la procédure. A fait un détour par la quincaillerie pour que je ramasse ma commande de cinq poches de 40 lb de granules de bois (l’équivalent de deux mois et demi de litière chez nous). On a parlé de tussortes d’affaires (il a toujours des projets farfelus) pis on a même oublié d’écouter de la musique.

J’étais tellement contente de socialiser IRL que je parlais à ma dentiste et son assistante la yeule remplie d’instruments et d’un p’tit fond de novocaïne (c’est plus amer que du chocolat 85 % cacao). Encore volubile. On parlait tellement que la dentiste a fini par me dire qu’il faudrait qu’elle travaille. J’ai dit ouin en plus j’ai mon ami qui m’attend dans le char, je me sens full mal. Pour me couvrir, elle a ajouté « tu diras à ton ami que c’était une procédure très complexe », mais non, je peux pas mentir, c’était une carie simple à réparer. JE M’EXCUSE MATHIEU.

By the way, mention d’honneur aux cliniques dentaires qui ont pris des mesures sanitaires très tôt durant la pandémie, incluant les dangereux purificateurs d’air. Apparemment, aucune éclosion n’a eu lieu dans une clinique dentaire. J’étais surprise de lire ça. Je me sens plus safe de passer une heure la bouche ouverte dans une clinique dentaire qu’une demi-heure avec un masque dans une salle de classe.

Bon, je m’égare, je voulais juste dire que j’étais contente de voir mes ami·es. Avant le couvre-feu, je suis passée à la porte de chez Ringuette et Fred pour donner des trucs de ma sœur, demain Claudine va passer chez moi avec sa blonde pour ramasser d’autres trucs, ensuite je vais peut-être aller marcher avec Alexandre. Party party. À SUIVRE.

Le questionnaire de Saint-Valentin : Claudine ma valentine

[Originalement publié sur mon Patreon le 14 février 2021]

J’ai décidé, moi aussi, de répondre au questionnaire de Saint-Valentin qui circule sur Facebook ces jours-ci. J’ai pensé le faire à propos de moi pis mon chum, mais vu que j’aime ça faire mon originale et que je crois que les relations amicales peuvent être aussi importantes que les relations amoureuses, je le fais sur moi et Claudine, mon amireuse.

Son prénom : Claudine

La plus vieille : Moi

Différence d’âge : Ayoye, je sais pu. Ça commence donc bin mal. :( Je pense que j’ai deux ou trois ans de plus qu’elle. Claudine? Help...

Enfant ensembles : Aucune de nous deux ne veut d’enfant. Mais je pense qu’on aurait pu fonder une famille ensemble. On partage les mêmes valeurs fondamentales, on s’entend bien. Mais je vis avec des chats, elle avec un oiseau, alors on ne pourra jamais cohabiter.

Mariage : Ça pourrait être cool, mais je pense que ça compliquerait notre vie fiscale. Et peut-être que sa blonde trouverait ça wack en crisse.

Qui a été intéressée en premier : Je crois que l’intérêt s’est développé mutuellement au fil du temps. Il me semble que c’est elle qui a proposé qu’on se voie plus souvent, et je peux confirmer qu’elle a été la première à dire qu’elle me considérait comme son amireuse, et elle m’a appris l’existence du terme squish pour décrire notre relation.

La même école : Pantoute, on n’a pas grandi dans la même région.

La plus sensible : Je dirais que c’est pas mal similaire. En plus, on est très souvent touchées par les mêmes choses.

Le plus de caractère : Je pense que Claudine a la mèche plus courte que moi. C’est tu ça la question?

La plus têtue : Je sais pas. Je sais même pas si on est têtues. On est-tu têtues? Soyez honnêtes s’il vous plait.

La plus sociable : Je dirais que je suis plus sociable parce que je suis moins timide qu’elle et que je peux plus facilement briser la glace avec une nouvelle personne, mais Claudine est aussi un animal social, pourvu qu’elle se sente safe et à l’aise. Mais elle est pas douée pour le small talk, et sa timidité peut être confondue avec de la froideur pour certaines personnes. Si vous arrivez à passer cette étape avec elle, vous allez découvrir une créature charmante, drôle, intense, généreuse, empathique, avec qui on peut parler nonstop durant des heures.

Depuis combien de temps on est ensemble : Je crois qu’on se tient pas mal ensemble depuis 2014, mais on s’est vues pour la première fois en 2008, je crois, au Quartier de lune à Québec. On avait les mêmes amies lesbiennes. Je pense que c’est parce que toutes les lesbiennes de Québec se connaissent.

La plus bordélique : C’est moué. -_-

Se réveille en premier : Elle. C’est pas compliqué, tout le monde se réveille avant moi.

Cuisine le plus souvent : Normalement, j’aurais dit que Claudine cuisine plus que moi (parce que tout le monde cuisine plus que moi), mais ça se pourrait que je cuisine plus depuis que je travaille moins et que Nicolas m’a montré quelques recettes.

Pleure le plus souvent : Elle. Elle est très sensible, émotive, et contrairement à moi, elle n’a pas appris à refouler ses émotions et cacher sa peine. C’est beaucoup plus sain. Mais je vous rassure tout de suite : je pleure plus qu’avant! Très souvent, même! La dépression me fait prendre de la maturité.

Chante le mieux : Elle. Tout le monde chante mieux que moi. J’ai hâte qu’on puisse de nouveau chanter nos vieux succès québécois préférés.

Qui contrôle la télécommande : Je savais pas que le contrôle de la télécommande c’était encore un enjeu conjugal. Tapeu, là. Je suis-tu en train de remplir un questionnaire de boumeurs?

Meilleure conductrice : On conduit pas, mais on veut toutes les deux apprendre à le faire et on aimerait beaucoup être financées pour ça. On songe à faire une téléréalité sur nous deux en train d’apprendre à conduire. Qui va péter une crise de nerfs en premier? Let's find out!

Celle qui dépense le plus : Je sais pas. On partage pas un compte conjoint, tsé. Je dirais que Claudine est peut-être plus économe que moi, sauf quand vient le temps de magasiner sur PinkCherry. Mais je peux me tromper.

La plus intelligente : Elle. Elle a un si bel esprit. Elle comprend plein de choses, elle est capable de t’expliquer un concept nouveau pour toi de manière bien vulgarisée. Elle a aussi une grande intelligence émotionnelle. On arrive toujours à bien communiquer, je trouve qu’on a une belle relation. (Pour vrai, là, me semble que ça parait mal de dire que tu te considères plus intelligente. Même si je le pensais, j’oserais pas le dire de même. 0_0)


Voici une photo de nous deux :

En train d’avoir une discussion informelle. Vous pouvez voir que je suis « bien ».


*

Si vous êtes aussi boumeuse que moi, vous pouvez copier les questions de ce questionnaire, y répondre, et partager vos réponses sur Facebook en ajoutant des émojis de cœurs et de fous rires. Le questionnaire est au féminin mais c’est assez facile de changer le genre.

♡Son prénom :

♡La plus vieille :

♡Différence d’âge :

♡Enfant ensembles :

♡Mariage :

♡Qui a été intéressée en premier :

♡La même école :

♡La plus sensible :

♡Le plus de caractère :

♡La plus têtue :

♡La plus sociable :

♡Depuis combien de temps on est ensemble :

♡La plus bordélique :

♡Se réveille en premier :

♡Cuisine le plus souvent :

♡Pleure le plus souvent :

♡Chante le mieux :

♡Qui contrôle la télécommande :

♡Meilleure conductrice :

♡Celle qui dépense le plus :

♡La plus intelligente :

Publie une photo de toi et ta valentine. Vos ami·es peuvent maintenant constater que vous formez une belle équipe, avec vos défauts et vos qualités.

Menu de Saint-Valenfesse : les meilleures pommes de terre rôties du monde

[Originalement publié sur mon Patreon le 14 février 2021] 

Ingrédients nécessaires :

  • pommes de terre (assez pour remplir votre plaque de cuisson)
  • 1/2 tasse (environ) d’huile végétale (canola ça fait la job)
  • un peu de sel
  • 1 petit tas de fines herbes
  • 2 pincées de poudre d’ognon
  • 1 pincée de poudre d’ail
  • 1 gousse d’ail
  • assaisonnement final : du sel aux herbes (facultatif)

Outils nécessaires :

  • couteau
  • planche à découper ou une assiette
  • épluche-patate (facultatif)
  • gros bol à mélanger
  • plaque de cuisson
  • Spatule pour retourner les patates (facultatif)
  • papier d’aluminium (facultatif)

Instructions :

Lavez les pommes de terre. Vous pouvez les éplucher ou non. Coupez-les en quartiers et déposez-les dans un bol.

Émincez l’ail et ajoutez-le aux pommes de terre. Ajoutez les autres ingrédients et mélangez bien. Étalez les quartiers de pommes de terre sur la plaque (je recouvre la mienne de papier d’alu parce qu’elle est deg).

Placez dans le four préchauffé à 350 et laissez cuire durant, je sais pu, 45 minutes? Retournez à mi-cuisson.

*



L’autre jour j’ai partagé une photo sur Instagram en disant que je venais de manger les meilleures patates du monde : celles que Nicolas venait de nous faire à partir de presque rien. Sans surprise, une telle déclaration choc a attisé la curiosité. Alex m’a écrit pour me demander si Nicolas allait partager sa recette. Puisque c’était en toute honnêteté les meilleures patates que j’avais mangées de toute ma vie et qu’Alexandre est mon ami, je lui ai répondu sur-le-champ, en lui transmettant d’abord les mots de Nicolas :

C’est une recette facile. De l’huile jonde. Du sel, des herbes, poud d’ognon, poud d’ail.

Alex : Jonde?

LZ : De l’huile jonde c’est de l’huile jaune, genre canola.

A : Ha! Y a une autre couleur d’huile?

LZ : Bien sûr. L’huile d’olive est verte. Il m’a d’ailleurs écrit plusieurs paragraphes pour justifier pourquoi fallait pas utiliser mon huile d’olive extravierge pour la cuisson des patates.

A : Quelles herbes?

LZ : Bah un sachet de « fines herbes » que j’ai acheté. C’est séché. Je pense que c’est pas important.


Ce qui est réellement important, c’est le choix de musique durant la préparation ou la dégustation. La première fois, on a mangé nos pommes de terre rôties en écoutant La chanson des pommes de terre de La bottine souriante. C’est sur notre nouvelle playlist, Franco sexu pour fourrer*.

*

La semaine passée, j’ai demandé à Nicolas de me montrer comment faire sa recette et cette fois j’ai activement participé à la préparation. Distribution des rôles : j’étais l’artiste de la pomme de terre, et lui il s’occupait de tout le reste.

Cette fois, pour cuisiner on a fait jouer du KOMPROMAT, qu’Alex vient de me faire découvrir, et je vous suggère de faire de même.


Les pommes de terres lavées

J’aurais pu l’éplucher mieux que ça si j’avais eu un couteau économe. Aussi, j’ai retiré une bonne épaisseur à cause de la SOLANINE. C’est pouéson. Et ça goute méchant. Mange pas ça.




C’est de même qu’on a étalé ça sur la plaque. Créatif·ves as fuck.



Quand les pommes de terre furent bien dorées, j’ai dit à Nicolas qu’il avait pas le droit de venir dans la cuisine. J’ai allumé des chandelles, servi les patates dans des assiettes, et j’ai éteint la grosse lumière qui fait pleurer et j’ai dit à Nicolas que le souper était prêt.

Mais j’avais quand même envie de pleurer parce que Nicolas a dit AON avec des étoiles dans les yeux et il a mis une playlist intitulée Mariachis Love Songs et c’était SI DÉLICIEUX. J’osais pas ajouter de ketchup par peur de gâcher la perfection de ce repas. (C’est faux : j’ai osé, et j’ai pu constater que le ketchup est 100 % facultatif.)


Mange pis pleure. *_*

Alors voilà, c’est le menu de Saint-Valenfesse que je propose. Ça demande pas d’habiletés particulières, et l’ingrédient principal est le légume le plus parfait : savoureux, nutritif, cheap, polyvalent, simple à cultiver, esthétique.

Et pas besoin d’accompagnement, parce que comme l’a dit Nicolas : 


Y’a rien de mieux qu’une patate pour accompagner une patate.


Passez une belle Saint-Valentin! xx

Mise en scène : des chandelles
Musique : KOMPROMAT, les playlists Mariachi Love Songs et Franco sexu pour fourrer 


*Là, arrêtez de me demander si je fourre sur telle ou telle toune de la playlist. C’est des suggestions, pas des prescriptions. Si vous me demandez si j’ai déjà fourré sur du Normand L’Amour ou sur Ce que le renard dit de Roland Bibeau, je vais juste rien dire et laisser le doute planer.