samedi 17 avril 2021

La fois que j'ai été accusée de trafic de drogue

 [Originalement publié sur mon Patreon le 6 avril 2021]


J’ai rêvé que je passais en cour pour possession de drogue. J’étais persuadée que c’était un coup monté contre moi, parce que je traine jamais de drogue sur moi, mais j’étais si surprise et dépourvue que je disais candidement : « Mais je prends pas de drogue, demandez à mes ami·es. J’ai même pas réussi à fumer du cannabis médical sur une base régulière. » Apparemment, on avait trouvé de grandes quantités de drogue sur moi, incluant de la cocaïne, alors je me suis fait dire : « Ah, mais peut-être qu’on devrait vous accuser de trafic de drogue, à la place, vu que vous n’en consommez pas personnellement? »

J’étais vraiment dans la marde, et quand je me suis réveillée j’étais un peu contente de pas avoir à trouver de solutions en plus pour un procès pour trafic de drogue, mais j’étais déçue de me réveiller parce que ma vie éveillée me semble pire que ce rêve totalement niaiseux.

J’ai cessé d’essayer d’être heureuse il y a plusieurs années déjà, non pas parce que je suis gothique ou cynique, mais parce que je pense que c’est réellement vain comme objectif. Et assez vague. Je m’imagine pas atteindre un « stade heureux ». Toutes les périodes de ma vie sur lesquelles je rêvasse avec nostalgie étaient assez dégueulasses quand j’y repense et que je suis honnête. Peut-être que ma (la) vie en entier va être dégueulasse, mais avec seulement des petits bouttes gnéseux ou beaux. C’est assez terrifiant quand j’y pense.

*

Jeudi passé, j’ai marché jusqu’à la clinique vétérinaire avec Nicolas et Alex pour aller chercher de la bouffe pour mes chats (et pour donner du ragout à Alex). Sur Saint-Urbain, on a vu deux télés sur le trottoir. Nicolas avait l’air bin impressionné. Il suggérait de les ramasser. Moi, j’étais sure que ces télés-là étaient finies pour se retrouver sur un trottoir sale, avec aucune mention pour nous dire si ça devrait rester là ou se faire adopter.

Mais Nicolas était pas du même avis. Son hypothèse, c’est que si ta télé est brisée, tu la jettes et tu en achètes une autre. Tu laisses donc une (1) télé au bord du chemin. Si y’en a deux (2), c’est pas deux télés qui ont brisé en même temps. C’est autre chose. Genre, quelqu’un qui se débarrasse de tous ses écrans (j’imagine qu’on est trop tard et qu’on a raté les tablettes et les iPhone) parce qu’il est rendu au « stade sans écran » de sa vie.

On a attendu en face de la clinique, le temps que je ramasse ma commande, puis on est repartis et Alex nous a quittés. On est donc repassés devant les télés. Mais Nicolas arrêtait pas d’en parler, alors on a reviré de bord pour aller en chercher une. Nicolas a pris la plus grosse. « C’est super léger ces écrans-là » : devinez qui s’est plaint durant tout le trajet que c’est lourd, ça fait mal, y fait chaud, chu tanné?

Je l’ai aidé à la transporter, on marchait l’un derrière l’autre. On a parié sur l’état de la télé. On avait le temps en masse d’y penser, j’habite à une demi-heure de là quand je marche vite et sans télé géante dans les mains.

En passant devant une cour d’école, des enfants nous ont suivis pour « regarder la télé ». C’est quoi votre émission préférée? — Star Wars! Ils ont pas pu nous suivre longtemps, leur établissement carcéral pour enfants étant entouré de clôtures. Hoooon c’est fini! — Oui, l’émission est finie, à la semaine prochaine! :(

C’est vrai que c’est léger, mais sur deux kilomètres, avec pas de muscles de gym et pas de pogne, c’est toffe. J’ai proposé de marcher plus vite pour arriver plus vite. Nicolas a suggéré qu’on coure. Ouais, courir avec une télé ça serait surement bon pour notre réputation de filous félins.

Rendu à la maison, Nicolas a pas attendu qu’elle sèche pour la nettoyer et l’ouvrir pour checker l’intérieur, et quand il l’a refermée, il a pas remis toutes les vis parce qu’il était « tanné ». Pas grave.

Quand il l’a allumée, on a éclaté de rire. Mais il était lumineux de joie. « Si je l’écoute sans mes lunettes, ça parait pas qu’est brisée. »

Pour updater Alex sur la situation de la télé gratis, je lui envoie cette photo :

Réponse : « Ça fonctionne parfaitement! Le monde jettent leurs choux gras! »

Le lendemain matin, Nicolas m’a réveillée super tôt pour qu’on écoute des archives de Salut bonjour datant de 1991. Jamais à court de surprises. « Les deux Mongrain sont dans la même télé! »


C’est quand même troublant de réaliser que Jean-Luc Mongrain et Guy Mongrain étaient à ce moment-là plus jeunes qu’on l’est aujourd’hui. (Après, j’ai vérifié et ils étaient juste un peu plus vieux que nous. C’est toffe pareil d’évaluer l’âge du monde en 1991.)

19 ans ou 48 ans? Dur à dire.


Il était super tôt, j’étais fatiguée, mais pendant ce bref instant j’ai pensé : en ce moment je suis heureuse. On écoute un Salut bonjour de 1991 au lit sur une télé géante gratis et pas brisée pantoute : chu heureuse.

*

J’ai décidé que ce soir, j’allais m’endormir sur des épisodes de Kaamelott, parce que Modern Family, ça le fait pas.


En 2012, j’étais dans un tel état d’anxiété et de tristesse à cause du cancer de Vickie que j’arrivais plus à m’endormir. Je me souviens que le premier soir après l’annonce de sa maladie, Mathieu et moi on avait laissé jouer des vieux épisodes des Simpson qu’on connait par cœur. Ça aide à faire diversion et à nous apaiser, mais ça nous empêche pas de dormir vu qu’on n’est pas accrochés à l’intrigue. C’est du connu, c’est rassurant. J’avais réécouté tous les Kaamelott à cette époque (y compris la dernière saison pénible), et neuf ans plus tard, j’y retourne. On change pas. Peut-être que ça va teinter mes rêves? J’espère que non, parce que l’idée de vivre au Moyen-Âge me stresse, c’est pour ça que j’ai jamais voulu expérimenter Bicolline. Mais j’espère que oui, parce que toute est plate.

Aucun commentaire: